Municipales, union de la gauche: ras le bol!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Municipales, union de la gauche: ras le bol!

Message  Laulau le Sam 29 Mar - 14:23

Mélenchon, extraits de son blog le 28 mars

Les listes socialistes seront sans doute punies davantage encore dimanche prochain. Surtout là où, par sectarisme, elles ont refusé si grossièrement la représentation de nos électeurs. Les listes Front de Gauche seront partout en progrès, qu’il s’agisse de maires sortants ou de nouvelles équipes. Le petit Parti de Gauche va doubler ou tripler le nombre de ses élus, et sans doute passer la barre des 500 élus locaux. Et alors ? Allons-nous continuer à psalmodier chacun de notre côté les phrases convenues en attendant d’élargir nos parts de marché électoral et de sièges ? Devons-nous nous réjouir sur le pas de la porte de nos boutiques respectives ? Combien de temps à souffrir encore avant que cette famille aperçue à un feu rouge sur ses cartons et couvertures à la rue ait un toit ? La gauche du PS va-t-elle continuer à faire sa danse du ventre des déclarations et postures de protestation avant de continuer ses votes de soumission qui empêchent le mouvement ? Les Verts vont-ils cultiver leurs « nuances » et « sensibilités » puis engranger tous les votes comme autant de marques d’approbation de leur participation à un gouvernement aussi honteusement « a-écolo » que celui-ci ? Oui, bien sûr. C’est cela qui s’annonce. Rien ne changera tant que tout ça ne changera pas. Et nous ? Passerons-nous les prochains mois à calculer si le PCF a eu 90 % des têtes de listes ou seulement 80%, si le Front de Gauche est une stratégie, un sigle ou un label à négocier avec les socialistes ? Avons-nous fait tout ce chemin pour en arriver à cette comptabilité sans horizon ? Pour ma part, je ne m’y laisserai pas enfermer. La révolution citoyenne est un chemin qui se moque bien des habits du voyage. Il faut que ça bouge, il n’y a pas d’autre priorité.

.....

Pour le reste, que les sortants sectaires et leurs commensaux se débrouillent tous seuls à Paris, Toulouse, Besançon et Lille, puisque le notable solférinien local déclare lui-même n’avoir besoin de personne. De toute façon, ils seront réélus. Ne vous minez pas le moral, méprisez leur mépris. Vous marchez la tête haute ! Faites de même là où nous ne pouvions nous maintenir mais où les solfériniens, même réduits au minimum comme à Nice, trouvent encore le moyen d’essayer de nous ostraciser. Et partout où nous votons, s’il n’y a plus de camarades en lice, en prenant notre décision politique de vote, gardons à l’esprit que les listes du PS se maintiennent contre les nôtres à Grenoble, à Aubervilliers et ainsi de suite. Les solfériniens comptent cyniquement que, « de toute façon », les nôtres seront à leur service faute d’autre chose au deuxième tour… Je crois qu’ils se trompent.

.......

Tout aussi spectaculaire et combien significative : la situation à Grenoble. Là aussi, le PS est arrivé largement derrière notre liste EELV-PG-Citoyens : 2 000 voix et 4 points de moins que nous ! Mais il a refusé la main que nous lui tendions. Pour cela, il a posé des ultimatums inacceptables. Imaginez ça : le PS exigeait ni plus ni moins que le poste de premier adjoint ! Et la présidence de l’agglomération, par-dessus le marché. Au fond, ils voulaient que tout se passe comme s’il n’avait pas été sanctionné dans les urnes, et comme si nos amis n’étaient pas arrivés premiers. Le candidat PS exigeait de nous que nous l’aidions à nier le résultat des urnes, dans le meilleur style à la François Hollande. Le candidat PS va donc maintenir sa liste dans une quadrangulaire face à nous. Avec cette attitude irresponsable, le candidat PS préfère prendre le risque de faire gagner la droite plutôt que de reconnaître le choix des électeurs de gauche. Car la droite menace : une liste UMP à 21% et deux autres candidats de droite totalisant 8%. La provocation est si forte que le PS national a annoncé que la liste socialiste locale n’avait plus l’investiture du PS au deuxième tour. De façon étrange, la direction nationale du PCF n’a pas retiré ses candidats sur la liste de division alors qu’elle nous reprochait de ne pas être « clairs sur l’union au deuxième tour ». Le maintien de la liste PS-PC face à la liste PG-EELV n’aide que la droite ; c’est une évidence, non ? Et quel symbole ! Je ne comprends pas.
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum