Le lion est mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le lion est mort

Message  mada le Mer 13 Fév - 21:54

Dans la jungle, terrible jungle le lion est mort ce soir
Plus de rage, plus de carnage, le lion est mort ce soir

C'était la chanson que je préférais d'Henri Salvator qui a tiré sa réverence aujourd'hui. Je l'aimais bien quand il chantait des "fantaisies" des trucs rigolos. "Salade de fruits", "Zorro est arrivé" et bien d'autres.........

mada

mada

Messages : 981
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  Pitaland le Jeu 14 Fév - 18:57

Personnage doué, complexe et ambigu.
Si l'on écoute ceux qui l'ont côtoyé, il était le contraire de l'image qu'il donnait de lui.
À quelques exceptions près, les chansons les plus appréciées du public étaient celles qu'il aimait le moins.
Il avait inventé son rire pour combler ses carences intellectuelles. Sous des dehors nonchalants et fainéants, c'était un bosseur méticuleux et intransigeant.
Il était orgueilleux et caractériel. Sur le plan politique, il était plus à droite que Le Pen. Sans oublier qu'il n'a jamais reconnu et qu'il a snobé son fils naturel, qui d'ailleurs n'en est pas mécontent.

C'est bien la première fois que j'entends pareil commentaire le jour même du décès de quelqu'un. J'ai même eu l'impression que les interviewés n'osaient pas dire que Henri Salvador était antipathique et désagréable.
avatar
Pitaland

Messages : 539
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  bakounin le Jeu 14 Fév - 20:37

Pitaland a écrit:Personnage doué, complexe et ambigu.
Si l'on écoute ceux qui l'ont côtoyé, il était le contraire de l'image qu'il donnait de lui.
À quelques exceptions près, les chansons les plus appréciées du public étaient celles qu'il aimait le moins.
Il avait inventé son rire pour combler ses carences intellectuelles. Sous des dehors nonchalants et fainéants, c'était un bosseur méticuleux et intransigeant.
Il était orgueilleux et caractériel. Sur le plan politique, il était plus à droite que Le Pen. Sans oublier qu'il n'a jamais reconnu et qu'il a snobé son fils naturel, qui d'ailleurs n'en est pas mécontent.

C'est bien la première fois que j'entends pareil commentaire le jour même du décès de quelqu'un. J'ai même eu l'impression que les interviewés n'osaient pas dire que Henri Salvador était antipathique et désagréable.




Il ne faut pas éxagérer. Salvador était un drôle de mec, au drôle de caractère. J'ai eu l'occasion d'énormément le cotoyer sur les jeux de boules dont il était friand, particulièrement la " longue ". Pour avoir eu des proches qui ont été ses partenaires et avoir toujours trainé mes galoches dans ce monde là, j'ai bu, mangé et bien sur beaucoup joué à la longue avec le Monsieur. Des concours comme Pertuis, La Ragne, La Tour d'Aigues ou Avignon étaient nos repaires.
C'est vrai qu'il n'était pas le rigolo ( nom de son éphèmère label de disque ) que l'on pouvait voir à la télé. C'était un type blessé par la vie, par sa négritude, qui avait la facilité de dégueuler sur tout et sur tout le monde. Il avait été déçu par le communisme qui selon lui avait rangé les " nègres " juste " à coté des chimpanzés ". Il avait la nostalgie de son époque Boris Vian le seul type qui l'avait toujours pris au sérieux et l'avait considéré , avant tout, comme un auteur. Par contre il n'avait pas de mots assez durs contre les ayants droits de ce même Vian qui avaient essayé de le priver des droits sur les chansons que Boris sur son lit de mort lui avait offert.
Il soufflait le chaud puis le froid, se foutait volontiers de la gueule du monde, il en était très seul. Il se payait de la compagnie sur les jeux de boules en embauchant parfois des mercenaires qu'il defrayait à 100%, histoire de ne pas arriver seul sur un concours. Il était assez radin mais n'hésitait pas à lacher 5000 ou 6000 balles pour se payer deux comparses pendant trois jours.
Son fameux rire, en privé il ne le sortait qu'en de rares occasions, mais jamais pour rire, juste quand il était acculé par une situation qui le dérangeait. Mais si un môme lui demandait, dans la rue ou à une terrasse de bar, de sortir son fameux rire il était largement capable de l'envoyer vertement chier. En s'en foutant comme d'une guigne du regard des passants. Ce n'est que quand il s'apercevait qu'il avait choqué qu'il riait comme seul lui savait le faire.
Sa période chansons marrantes le faisait vomir plus que tout, comme sa période homme de télévision mais avec le fric qu'il claquait et vu que les maisons de disque ne croyait plus en ces chansons personnelles, il avait trouvé le moyen de gagner beaucoup facilement. Chose qu'il adorait.
Il est toujours défini comme un bosseur, alors qu'il n'y avait pas plus glandeur. Un art de la flemme revendiqué en privé, jamais en public. Les journaleux lui avait collé l'image de bosseur alors il se disait bosseur.
Il avait compris que pour avoir la paix, son loisir préféré, il fallait toujours dire comme les journalistes qui modèlent l'opinion. Mais il détestait les journalistes.
Salvador ne donnait pas d'autographe mais proposait volontiers de les vendre avec cet argument imparable " ces cons ne sont pas foutus d'acheter mes disques alors qu'est ce qu'ils ont à foutre de ma grifouille ".
Un jour où un mec un peu éméché a accepté de lui donner 100 Francs contre un autographe, il lui a fait tendre sa main et a signé sur la paume " comme ça si tu veux garder un souvenir de moi tu sais ce qu'il te reste à faire ", puis il a glissé la billet de 100 francs dans sa poche. Le type en était sur le cul. Mais une fois de plus voyant qu'il avait choqué il se mit à rire puis rendit le billet aus gars. En fait connaissant Salvador il aurait bien gardé le billet pour lui donner une leçon à ce " con ".
En revanche un jour où il avait gagné un pari sur une partie de jeunes où s'illustrait au tir un jeune Gitan chaussé de mauvaises espadrilles défoncées, Salvador, à la fin de la partie, appela le gamin et lui donna les 500 francs qu'il venait de gagner en lui disant " paye toi une paire de pompes tu joueras encore mieux ".
Puis partant vers la buvette, nous dit " j'aime pas les Gitans, mais rien que de voir la tronche des gars du coin quand je lui ai refilé le bifton................".
Voilà et encore beaucoup de souvenirs, une masse dont certains plus profonds, plus intimes mais rarement en musique. Pour qu'il chante il fallait le payer.
Voilà mes chansons préférées de lui sont " le clown Gordon Cooper " et dans une moindre mesure " clopin clopant ", c'est à partir de cet aveu qu'il m'a apprécié, pour lui c'était de belles chansons qui n'avaient pas eu le succès qu'elles, toujours lui, selon méritaient. D'où j'ai eu la chance qu'un soir au bord de la piscine de l'hotel où il résidait il m'ait interprété, gratuitement, ces deux titres là juste accompagné de sa guitare sèche
avatar
bakounin

Messages : 472
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 53
Localisation : Entre fourneaux et clavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  Pitaland le Jeu 14 Fév - 21:51

Merci Bakounin pour ton témoignage. Si notre forum pouvait avoir de temps en temps ce genre de contribution ...

J'ai été assez estomaqué d'entendre les commentaires des gens qui ont côtoyé Henri Salvador le jour de son décès. Il est à noter qu'il n'avait pas de proches, au sens habituel.
Ce qui est rassurant, c'est que toutes les vedettes sont comme tout le monde, ce qui est moins rassurant c'est qu'elles nous trompent sur leur personnalité et qu'on avale (surtout moi) l'image qu'elles nous donne.
avatar
Pitaland

Messages : 539
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  bakounin le Jeu 14 Fév - 22:06

Pitaland a écrit:Merci Bakounin pour ton témoignage. Si notre forum pouvait avoir de temps en temps ce genre de contribution ...

J'ai été assez estomaqué d'entendre les commentaires des gens qui ont côtoyé Henri Salvador le jour de son décès. Il est à noter qu'il n'avait pas de proches, au sens habituel.
Ce qui est rassurant, c'est que toutes les vedettes sont comme tout le monde, ce qui est moins rassurant c'est qu'elles nous trompent sur leur personnalité et qu'on avale (surtout moi) l'image qu'elles nous donne.

Ce gars il n'a jamais trompé personne, il était seul, c'est tout.
avatar
bakounin

Messages : 472
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 53
Localisation : Entre fourneaux et clavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Hommage au cher Roi Henri et énormités de circonstance

Message  Pyroman le Ven 15 Fév - 19:17

Bakounin : ... Voilà mes chansons préférées de lui sont " le clown Gordon Cooper " et dans une moindre mesure " clopin clopant "...juste accompagné de sa guitare sèche"

Quand j'étais petit, Henri Salvador m'a toujours fait rire, marrer précisément. Un rire qui déferle comme la marée, par vagues qui emportent tout ce qui attendait d'être effacé par consentement acquis d'avance et la lucidité avec. Quand j'ai été un peu plus désabusé, il m'a toujours fait sourire.

Il est parfois dit que les meilleurs oiseaux chanteurs sont souvent ceux dont le plumage n'est pas très réussi. Comme le disait Dugrain Dubourg le bien nommé qui a su éviter Amoudre, dans sa grande clairvoyance : "Les poules auront des dents le jour où les paons joueront de la flûte à bec." A chacun ses idées sur ces délicates questions. Henri avait ses défauts semble-t-il, mais comme on est un certain nombre à chanter faux sans la consolation de la queue du paon, on lui pardonnera beaucoup.

Je connais une dame qui vient d'un lointain pays, que je ne nommerai pas au cas où elle débarquerait ici. Ce n'est pas l'Argentine, mais c'est quelque part en Amérique du Sud. Elle me casse les oreilles et les pieds au-delà de toute douleur quand elle parle et Allah sait combien elle est bavarde (je viens de forcer mon fils à se convertir à l'Islam tendance Fis, pour qu'on ne lui impose pas un parrainage qui n'est pas de notre shoa*). Mais la Latina en question quand elle chante les tangos, les anciens comme les modernes, l'homme et la femme normalement constitués qui l'entendent et n'ont pas encore épuisé tout leur capital émotionnel tombent les quatre fers en l'air, dans une extase renversante. Le soussigné y participe aussi. Le reste du temps, cette Latina me tanne.

Ainsi va la vie des génies, tissée de contradictions, pour les connus et les méconnus (comme nous tous ici).

*Extrait de "Bénie tôt, mousse au lit nuit" : "Au pays de la pizza, l'anshoa est roi."

Pyroman

Messages : 106
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 107

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  bakounin le Sam 16 Fév - 20:10

Je connais une dame qui vient d'un lointain pays, que je ne nommerai pas au cas où elle débarquerait ici. Ce n'est pas l'Argentine, mais c'est quelque part en Amérique du Sud. Elle me casse les oreilles et les pieds au-delà de toute douleur quand elle parle et Allah sait combien elle est bavarde (je viens de forcer mon fils à se convertir à l'Islam tendance Fis, pour qu'on ne lui impose pas un parrainage qui n'est pas de notre shoa*). Mais la Latina en question quand elle chante les tangos, les anciens comme les modernes, l'homme et la femme normalement constitués qui l'entendent et n'ont pas encore épuisé tout leur capital émotionnel tombent les quatre fers en l'air, dans une extase renversante. Le soussigné y participe aussi. Le reste du temps, cette Latina me tanne.

Ainsi va la vie des génies, tissée de contradictions, pour les connus et les méconnus (comme nous tous ici).

*Extrait de "Bénie tôt, mousse au lit nuit" : "Au pays de la pizza, l'anshoa est roi."[/quote]


Un jour j'ai rencontré un génie bouchonné, il était imbuvable. Puis un génie sans bouillir, il s'est transformé en bulle puis a éclaté sans bruit. Un génie du compas qui a perdu la boussole, un génie d'été, un génie d'hiver, une génie de l'ascenceur de 15h53 mais lui a pété un cable.
avatar
bakounin

Messages : 472
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 53
Localisation : Entre fourneaux et clavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Génie faire le pèze

Message  Pyroman le Dim 17 Fév - 12:16

"Un jour j'ai rencontré ... un génie de l'ascenseur de 15h53 mais lui a pété un câble.(Bakounin)"

C'était donc toi et ton génie le 11 septembre ! A cause de vous, j'ai dû dévaler une centaine d'étages à la vitesse de la lumière pour m'en sortir !

bom

Pyroman

Messages : 106
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 107

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  bakounin le Lun 18 Fév - 20:06

Pyroman a écrit:"Un jour j'ai rencontré ... un génie de l'ascenseur de 15h53 mais lui a pété un câble.(Bakounin)"

C'était donc toi et ton génie le 11 septembre ! A cause de vous, j'ai dû dévaler une centaine d'étages à la vitesse de la lumière pour m'en sortir !

bom



Ben pui c'était moi. Désolé pour le sprint mais vu que tu avoues que tu engraisses, j'ai voulu soigner ta forme.
avatar
bakounin

Messages : 472
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 53
Localisation : Entre fourneaux et clavier

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le lion est mort

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum