Vous avez dit : Enseignants-chercheurs?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vous avez dit : Enseignants-chercheurs?

Message  borbo le Lun 16 Fév - 11:38

A ma question à Laulau : "Comment doit-on qualifier un "enseignant-chercheur" qui ne cherche plus?"
Sachant que nombreux sont les chercheurs dans ce cas.

En géologie, par exemple, il est de notoriété publique que les géologues ne faisant plus de recherche universitaire, ou très accessoirement, ce pour quoi ils sont normalement payés par les contribuables, puisqu'ils ne doivent que 4h de cours d'enseignement par semaine ou 6h de TD sur 27 semaines/an (au grand maximum), font en parallèle des expertises pour les particuliers et constructeurs de la place.
Lorsqu'un géologue établit une carte des risques pour le BRGM ou le département il est payé. Lui, pas son labo.
Les revenus de ces travaux allant directement dans sa poche, jamais au labo pour améliorer la qualité de leur recherche très personnelle.
Autre exemple.
En médecine il est bien connu, que les enseignants font en parallèle ce que l'on appelle des "écuries", en réalité cours de bachottage privés pour les étudiants bien nés, (2500e par module).
Dans ce cas ces médecins "enseignants-chercheurs" sont à la fois juges et parties et en tirent de substanciels profits.
Dans les labos, quels qu'ils soient, il n'est pas rare que des protocoles soient testés pour des lofficines privés et là, cela tient au mandarin de service et à son honnêteté de savoir si l'affectation des fonds sera pour le labo ou cézigue.
Alors Laulau (chimiste de renom), me dit en me traitant aimablement de nul (l'attaque est facile pour discréditer le contradicteur et éviter de répondre), que les chercheurs sont jugés par leurs "PAIRS" au travers de leurs travaux.
Donc par des experts. Ouahh!
Fort bien, sauf qu'ils ne sont jugés que s'ils publient. CQFD.
Le problème des chercheurs qui ne cherchent plus, et ce dont leurs pairs se foutent totalement, est qu'ils ne sont pas évalués du tout. Par personne of course!
Ils peuvent donc tranquillement continuer, comme Laulau, à militer pour le mouvement anti-capitaliste de Besançenot; ils ont le temps.

La grande escroquerie des universitaires est d'accuser le pouvoir de vouloir mettre davantage en face des étudiants des profs incompétents. ceux qui ne font plus de recherche. Quelle honte et quel mépris pour les étudiants!
Ce qui au passage signifie qu'il y en a.
Il faut n'avoir jamais fait d'études supérieures pour penser que les étudiants de 1er et 2ème année reçoivent à ce point un enseignement pointu qu'ils leur faillent des chercheurs au top.
Chacun sait que les cours, TP et TD de 1 et 2ème année sont tout au plus des rappels de terminale et fait quelquefois par des profs du seondaire.
Donc foutaises!

La réforme du boxon universitaire français est une oeuvre de salubrité publique.

Une niche qui doit disparaitre.
Il est normal que des chiens a qui ont veut enlever l'os, mordent.
avatar
borbo

Messages : 1292
Date d'inscription : 05/12/2007
Age : 70
Localisation : La Londe les Maures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous avez dit : Enseignants-chercheurs?

Message  Laulau le Lun 16 Fév - 12:49

borbo a écrit:A ma question à Laulau : "Comment doit-on qualifier un "enseignant-chercheur" qui ne cherche plus?"
Sachant que nombreux sont les chercheurs dans ce cas.

En géologie, par exemple, il est de notoriété publique que les géologues ne faisant plus de recherche universitaire, ou très accessoirement, ce pour quoi ils sont normalement payés par les contribuables, puisqu'ils ne doivent que 4h de cours d'enseignement par semaine ou 6h de TD sur 27 semaines/an (au grand maximum), font en parallèle des expertises pour les particuliers et constructeurs de la place.
Lorsqu'un géologue établit une carte des risques pour le BRGM ou le département il est payé. Lui, pas son labo.
Les revenus de ces travaux allant directement dans sa poche, jamais au labo pour améliorer la qualité de leur recherche très personnelle.
Autre exemple.
En médecine il est bien connu, que les enseignants font en parallèle ce que l'on appelle des "écuries", en réalité cours de bachottage privés pour les étudiants bien nés, (2500e par module).
Dans ce cas ces médecins "enseignants-chercheurs" sont à la fois juges et parties et en tirent de substanciels profits.
Dans les labos, quels qu'ils soient, il n'est pas rare que des protocoles soient testés pour des lofficines privés et là, cela tient au mandarin de service et à son honnêteté de savoir si l'affectation des fonds sera pour le labo ou cézigue.
Alors Laulau (chimiste de renom), me dit en me traitant aimablement de nul (l'attaque est facile pour discréditer le contradicteur et éviter de répondre), que les chercheurs sont jugés par leurs "PAIRS" au travers de leurs travaux.
Donc par des experts. Ouahh!
Fort bien, sauf qu'ils ne sont jugés que s'ils publient. CQFD.
Le problème des chercheurs qui ne cherchent plus, et ce dont leurs pairs se foutent totalement, est qu'ils ne sont pas évalués du tout. Par personne of course!
Ils peuvent donc tranquillement continuer, comme Laulau, à militer pour le mouvement anti-capitaliste de Besançenot; ils ont le temps.

La grande escroquerie des universitaires est d'accuser le pouvoir de vouloir mettre davantage en face des étudiants des profs incompétents. ceux qui ne font plus de recherche. Quelle honte et quel mépris pour les étudiants!
Ce qui au passage signifie qu'il y en a.
Il faut n'avoir jamais fait d'études supérieures pour penser que les étudiants de 1er et 2ème année reçoivent à ce point un enseignement pointu qu'ils leur faillent des chercheurs au top.
Chacun sait que les cours, TP et TD de 1 et 2ème année sont tout au plus des rappels de terminale et fait quelquefois par des profs du seondaire.
Donc foutaises!

La réforme du boxon universitaire français est une oeuvre de salubrité publique.

Une niche qui doit disparaitre.
Il est normal que des chiens a qui ont veut enlever l'os, mordent.


Un ramassis de conneries véhiculées par une sarkozyste impénitent et incompétent. Il y a tant de mensonges là dedans que la seule réponse ne peut être qu'un doigt d'honneur, le même que nous adressons au foutriquet qui nous sert de président.
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Réponse délicieuse.

Message  borbo le Lun 16 Fév - 13:23

Un ramassis de conneries véhiculées par une sarkozyste impénitent et incompétent. Il y a tant de mensonges là dedans que la seule réponse ne peut être qu'un doigt d'honneur, le même que nous adressons au foutriquet qui nous sert de président.[/quote]

Votre réponse est édifiante.
Votre argumentation imparrable, je m'incline devant votre seigneurie.
avatar
borbo

Messages : 1292
Date d'inscription : 05/12/2007
Age : 70
Localisation : La Londe les Maures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous avez dit : Enseignants-chercheurs?

Message  mada le Lun 16 Fév - 18:40

borbo a écrit:A ma question à Laulau : "Comment doit-on qualifier un "enseignant-chercheur" qui ne cherche plus?"
Sachant que nombreux sont les chercheurs dans ce cas.

Comme vous y allez, Borbo de la borboterie!

Quand les enseignants chercheurs ont manifesté, ils ont mis des banderoles avec les titres des ouvrages, les dates et les lieux de publication. Ces braves gens auraient-ils menti?

La publication des recherches n'est pas égale, elle se fait selon les discipline. En moyenne pour certaine discipline elle se fait tous les 4 à 5 ans, pour d'autres tous les 2 ou 3 ans.

Nos enseignants chercheurs travaillent dans des conditions qui ne sont pas digne de notre pays: locaux vétuste, ordinateurs hors d'usage, chauffage en panne, entretien des locaux qui laissent à désirer, sur nombre d'étudiants, dans beaucoup d'universités.

Les grandes écoles qui forment les élites (politique, économiques, etc...) de notre cher pays sont beaucoup mieux traitées ainsi que leurs enseignants et les étudiants. Mais il est vrai que le public accueilli n'est pas du même milieu social que le public accueilli dans les universités.

Comme disait le Petit, une caissière ou une guichetière a t-elle besoin de lire la Princesse de Clève? C'est donner du lard à des cochons.

Objectivement, est-ce que le Petit a besoin d'une solide culture pour le poste qui est le sien? De temps en temps il dit des conneries plus grosses que lui (à l'étranger ça fait tâche) car il ne se rend même pas compte de ses manques culturels dont son manque de savoir concernant le fonctionnement des universités et des chercheurs enseignants. Axel Khan l'a renvoyé dans les cordes d'une belle manière, le Petit est bien emmerdé à présent car il a balancé des chiffres qu'il n'a pas vérifié mais que tous les médias ont repris en coeur. Ces chiffres sont plus que faux mais quand on a promis a ses amis de privatiser les universités on n'a pas le temps de vérifier la véracité des chiffres et des rapports.


Une niche qui doit disparaitre.

Surtout les niches fiscales et les paradis fiscaux. Pour le moment ce ne sont pas les chercheurs qui nous ont mis dans la mouise mais vos bons amis les banquiers et les rentiers.

Il est normal que des chiens a qui ont veut enlever l'os, mordent.
Comme vous avez raison Borbo de la borboterie, la petite mère Parisot a beaucoup aboyé pour que l'état ne retire pas les nonos des banquiers. La France a du fric pour que les banques payent les rentiers mais pas pour payer les chercheurs, eux, ils coûtent toujours trop chers.

mada

mada

Messages : 981
Date d'inscription : 11/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vous avez dit : Enseignants-chercheurs?

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum