Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Biréli le Sam 7 Mar - 11:10

Je ne suis pas un lecteur assidu de ce site de droite, mais ce témoignage me semble intéressant. C'est pourquoi j'en fais un copié" collé.

http://www.valeursactuelles.com/public/valeurs-actuelles/html/fr/articles.php?article_id=4244

Actualités - Société
La révolution par les "allocs"
Guadeloupe. Quand les allocations familiales provoquent une véritable mutation sociale.
Laurence d'Hondt, le 05-03-2009


Près d’un tiers des Guadeloupéens vivent dans une famille monoparentale. État des lieux.

Vous voyez, là-bas ? Cette jeune fille avec son enfant ? inter­roge Véronica, une jeune Guade­loupéenne de 17 ans, rencontrée dans les rues de Pointe-à-Pitre, le poumon économique de l’île. Eh bien, elle était dans ma classe l’année dernière et maintenant elle a qu­itté le lycée. Véronica est charmante, se livre volontiers sur la vie du pays et raconte avec un fatalisme joyeux les mœurs de sa génération. « Vous voyez que je ne mens pas, reprend-elle avec son ton candide, dans ma classe du lycée professionnel du Lamentin, il y a cinq filles qui ont déjà un enfant et deux qui sont enceintes.Et je vous assure, c’est bien préparé. Parfois, elles calculent même le moment de l’accouchement pour qu’il tombe en été. C’est pour toucher de l’argent. »
Toucher de l’argent ? « Oui, celui des allocations, poursuit-elle en riant, d’ailleurs, la plupart du temps les garçons ne reconnaissent pas l’enfant, sinon les filles perdent une partie de l’argent… » Véronica est si gentiment et parfaitement bavarde qu’il ne faut pas faire grand effort pour se trouver ainsi d’emblée informé sur un des sys­tèmes D qui fait “tourner” la vie de l’archipel : c’est ce qu’on appelle, là-bas, “l’allocation braguette”.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit, pour les Guadeloupéennes qui le veulent, de se servir de la naissance des enfants pour obtenir les moyens financiers de jouir d’une vie matérielle à la fois confortable et indépendante. En se faisant faire un enfant – ou deux ou trois, mais pas plus ! – et cela dès que pos­sible, c’est-à-dire à 16 ans, ces jeunes femmes peuvent cumuler toutes les allocations auxquelles peut prétendre une femme seule avec enfant(s). Et cela confine souvent au maximum ! « Il y a l’allocation d’aide au logement, la prestation d’accueil du jeune enfant, l’allocation de soutien familial, l’allocation familiale, l’allocation de rentrée scolaire, les bons vacances, les bourses scolaires, s’agite Caroline, une Guadeloupéenne qui n’en bénéficie pas. Et même, il y a, pour ces femmes qui restent à la maison toute la journée, une femme de ménage payée par l’État, sous le nom d’“aide familiale” ! » Un vrai revenu en somme, qui atteint facilement les 1 500 euros net ! « Et un montant qui ne sert généralement qu’aux femmes elles-mêmes », assure encore cette même Guadeloupéenne, tout en expliquant à un ami installé dans une maison coquette sur un emplacement de rêve qu’il n’aurait pas lui-même les moyens d’entretenir ces femmes, tant elles sont exigeantes.

Dans tout cela, il y a cependant un bémol : que le père ne reconnaisse pas l’enfant avant l’âge de 16 ans ! « Les hommes qui ne reconnaissent pas leurs enfants leur donnent généralement quelques extras, ils les sortent ou les habillent, concède une mère de famille, qui semble être dans la situation, mais leur aide et leur présence sont irrégulières. »

Nous ne voulons plus vivre les tracas de la vie conjugale.”

On raconte que certaines femmes, qui vivent une situation conjugale nor­male, cacheraient même tous les objets, vestons, pantalons, chaussures de leur “homme”, au cas où débarquerait un agent de l’État un peu zélé… « Mais il faut être compréhensif, nuance toutefois Caroline. Souvent, ces femmes sont peu formées, elles n’ont pas beaucoup de débouchés professionnels. Ici, en Guadeloupe, le marché du travail est très difficile. » Ce qui n’est pas faux, même si l’attrait des allocations est souvent si fort qu’il ne pousse pas au travail et au développement de l’économie, bou­clant ainsi la boucle du système D qu’est l’“allocation braguette”.

Mais, au-delà du sourire ou de la colère que peut susciter ce système D à l’intitulé sug­gestif, celui-ci cache en réalité toute une évolution sociale et même un mode de vie durable. « Nous ne voulons plus vivre les tracas de la vie conjugale », assure la tenancière d’un bar sur le petit port de Saint-François, une station autrefois très touristique. Tout en donnant quelques ordres aux hommes de la cuisine, cette femme d’un certain âge, au pull moulant une abondante poitrine, n’a pas d’autres commen­taires à faire et trouve la situation « très bien comme ça ». Selon les derniers chiffres de l’Insee, l’île compterait en effet quelque 65 % de célibataires et près d’un tiers des 450 000 habitants de Guadeloupe vivent dans des familles monoparentales. Ces chiffres devancent largement ceux de la métropole, où cette proportion n’est de 12 % environ : trois fois moins… Et les hommes, où sont-ils alors ? « Ils sont volages, tranche, lapidaire, une jeune femme habitant le joli petit bourg côtier de Deshaies, où elle cumule deux emplois et trois enfants. J’ai eu deux maris, le premier sortait avec ­d’autres femmes et le second… aussi. » Et quand elle a divorcé, le premier a été traîné devant la justice pour qu’il accepte de contribuer aux frais des enfants, tandis que le second s’est déclaré « amnésique », s’indigne la jeune femme. « En fait, les responsables secrets de cette situation, suggère-t-elle en veine de confidences, ce sont les mères ! Elles gardent souvent leurs fils chez elles jusqu’à 40 ans, parfois 45 ans. » Les chiffres, là aussi, sont parlants : en Guadeloupe, près de un enfant sur quatre vit dans la maison parentale au-delà de 25 ans. « Et je peux vous dire, poursuit la même jeune femme profitant du fait que la boulangerie où elle travaille s’est vidée un instant de ses clients, que ces mères ne font pas que nourrir ou loger leurs grands enfants. J’ai découvert ainsi que ma première belle-mère savait tout de ma relation avec mon premier mari, même les évolutions de notre intimité ! » s’exclame-t-elle, tout en surveillant attentivement le passage dans la rue principale de ce petit bourg.

Mais si les Guadeloupéennes souffrent d’être abandonnées par des hommes souvent volages, elles ne sont plus, pour autant, obligées de supporter le fardeau de la gestion cumulée des enfants et des moyens de subsistance de la cellule familiale. Car l’État est là, qui veille à leur faciliter la tâche. « La façon de penser a changé, ex­plique le sociologue gua­deloupéen Harry Mephon. Aujourd’hui, une femme peut subvenir seule à ses besoins et à ceux de son enfant. La loi le lui permet et l’encou­rage même par la voie de toutes ces aides sociales. » C’est bien cela : l’État français ne se contente pas d’être là en cas de nécessité. Le montant des aides “encourage” les femmes à choisir le célibat. Et ce même État, par une sorte d’effet pervers, “encourage”, dans la foulée, les hommes à renouer avec une polygamie traditionnelle, et même plus, avec une polygamie sans responsabilité. « Autrefois, les hommes qui avaient plusieurs femmes devaient veiller à avoir les moyens d’entretenir différentes cellules familiales, ce qui restreignait ce comportement, explique encore Caroline. Mais, aujourd’hui, ils peuvent avoir des femmes et des enfants sans aucune limite. » Inutile de dire que ces enfants finissent eux aussi par souffrir d’une certaine… solitude. Au pays des célibataires, les enfants ne sont pas forcément rois !

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Sylvie le Sam 7 Mar - 19:29

c'est un témoignage parmi d'autres !
je me garderais donc d'en faire une généralité .....

mais une chose est sure, c'est pas avec l'argent des allocs qu'on vit bien, on survit tout ou plus, pareil pour le RMI !
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  berny le Sam 7 Mar - 19:36

Sylvie a écrit:c'est un témoignage parmi d'autres !
je me garderais donc d'en faire une généralité .....

mais une chose est sure, c'est pas avec l'argent des allocs qu'on vit bien, on survit tout ou plus, pareil pour le RMI !



d'accord avec vous, et puis le Figaro, Valeurs Actuelles des références pas assez objectives plutôt orientées....! pale pale

berny

Messages : 368
Date d'inscription : 20/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Biréli le Sam 7 Mar - 20:18

berny a écrit:d'accord avec vous, et puis le Figaro, Valeurs Actuelles des références pas assez objectives plutôt orientées....! pale pale
J'ai cité mes sources. C'est un peu fastoche de dire que les références sont orientées ou peu fiables. Ce qui est sûr en tout cas ce sont les chiffres de l'INSEE : "l’île compterait en effet quelque 65 % de célibataires et près d’un tiers des 450 000 habitants de Guadeloupe vivent dans des familles monoparentales. Ces chiffres devancent largement ceux de la métropole, où cette proportion n’est de 12 % environ : trois fois moins…". D'autre part, quand on met bout à bout les différentes allocs et aides diverses on arrive à 1500 euros par mois, ce qui est quand même loin d'être négligeable. Tous les salariés ne gagnent pas ça.
J'ai fait lire le texte à mon épouse qui a eu l'occasion de bosser pas mal avec des Antillaises. Elle m'a répondu qu'elle n'était pas surprise, du moins en ce qui concerne le nombre de familles monoparentales.

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Sylvie le Sam 7 Mar - 20:20

oui et tout est fait pour décrédibiliser les Antilles , certains vieux trucs sont mis en circulation depuis un site de l'UMP !
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Sylvie le Sam 7 Mar - 20:24

comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !

de toute façon c'est une tendance générale en France, on se marie de moins en moins, ça coûte bien moins cher quand on se sépare !

Bibi, pour avoir 1500 € d'allocs par mois, fat au moins avoir 6 gosses ! et faut les nourrir et les habiller !
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Biréli le Sam 7 Mar - 20:28

Sylvie a écrit:comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !
Y en 3 fois moins en pourcentage qu'en Guadeloupe ! Comment cela se fesse ?

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Laulau le Sam 7 Mar - 20:29

Ci dessous un message d'une télé-étudiante de la Guadeloupe.




COUCOU

La guadeloupe est moins bloquée mais toujours mobilisée.



La télé est le meilleur et le pire des moyens de communication
,les informations données en guadeloupe et celles que l'on voit sur les
télés nationales sont souvent differentes , on veut faire croire que
Gwada veut son indépendance, alors qu'elle ne veut pas etre pietinée
par les profiteurs quelque soit leur origine, elle veut croire en sa
jeunesse et lui donner les moyens de réussir, elle veut croire en ses
potentialités (on peut faire pleins de choses; agrotransformations
comme le DIKTAM (Arrow root), les energies (géothermie à bouillante,
éolienne à marie galante) , papier à base feuilles de bananes pouquoi
pas les idées sont nombreuses il faut qu'elles soient structurées et
mises en places par TOUS les acteurs concernés,c'est l'occasion de
montrer nos vraies valeurs de se faire connaitre et reconnaitre.
Attention à la désinformation pour exemple des images de Madagascar ont
été mélangées avec celles de Guadeloupe peut etre par erreur mais elles
provoquent des conclusions erronées.

A 5ans ,15 ans ,30ans ;60ans vos parents restent vos parents ,dans
une famille, les enfants ont chacun leur caractère ,leurs qualités,
leurs défauts, et c'est la richesse d'une famille , la richesse d'un
pays ,chaque département est une part de cette richesse, la Guadeloupe
aussi et pas seulement avec le sable blanc et les cocotiers!



Souhaitons que cela fasse chacun se remettre en question et se bouger pour y arriver!



C'est juste un point de vue ,dans ce monde rempli de doutes et d'incertitudes essayons de garder une pointe d'optimisme.



Twingoa
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Sylvie le Sam 7 Mar - 20:39

Biréli a écrit:
Sylvie a écrit:comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !
Y en 3 fois moins en pourcentage qu'en Guadeloupe ! Comment cela se fesse ?

sincèrement je m'en balance, ça change quoi ? vaut mieux être célibataire même avec un gamin que sous la coupe d'un bonhomme violent ou paresseux par exemple !
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Biréli le Sam 7 Mar - 20:42

Sylvie a écrit:
Biréli a écrit:
Sylvie a écrit:comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !
Y en 3 fois moins en pourcentage qu'en Guadeloupe ! Comment cela se fesse ?
sincèrement je m'en balance, ça change quoi ? vaut mieux être célibataire même avec un gamin que sous la coupe d'un bonhomme violent ou paresseux par exemple !
Gloups ! T'incinères que les guadeloupéens seraient violents et paresseux ????

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  trami le Sam 7 Mar - 20:44

Sylvie a écrit:
Biréli a écrit:
Sylvie a écrit:comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !
Y en 3 fois moins en pourcentage qu'en Guadeloupe ! Comment cela se fesse ?

sincèrement je m'en balance, ça change quoi ? vaut mieux être célibataire même avec un gamin que sous la coupe d'un bonhomme violent ou paresseux par exemple !

JHeureusement qu'il reste encore des hommes stables !Faut pas jeter le bébéavec l'eau du bain !
avatar
trami

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 86
Localisation : Lagord (17140)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  berny le Sam 7 Mar - 20:45

biréli, quand on veut noyer son chien, on dit qu'il a la rage..... Very Happy

berny

Messages : 368
Date d'inscription : 20/10/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  ecolo1 le Sam 7 Mar - 20:49

Sylvie a écrit:oui et tout est fait pour décrédibiliser les Antilles , certains vieux trucs sont mis en circulation depuis un site de l'UMP !

Ça va même plus loin que les Antilles ! On est entrain de décridibiliser tous ces territoires qui vivent peu ou prou de certains avantages que leur confère leur statut d'iliens (départements ou autre). Sarko et sa bande de bons à nibe veulent faire des économies de bouts de chandelle, en faisant beaucoup de pub autour, pour que les français métros aient l'impression qu'il fait quelque chose . Le problème, c'est que d'une part, la métropole se doit d'aider ces territoires (normal non ?), d'autre part pendant qu'il récupère 3 francs, 6 sous, les trois plus gros riches du pays (qui font des bénéfs pharamineux) doivent de quoi boucher deux fois le trou de la sécu ! Evident que je n'ai pas lu ça sur le figaro !
Ils gagnent des millions d'euros et en reçoivent 230
L'avantage de participer à une mission de l'Assemblée nationale, c'est qu'elle vous donne accès à des documents confidentiels, souvent sulfureux, qui réservent des surprises de taille. "Ainsi, 116 des 1 000 contribuables ayant déclaré les revenus imposables les plus élevés au titre de 2006 ont réduit leur impôt effectivement dû de près de 93 %. Chacun a obtenu une réduction d'impôt de plus d'un million d'euros. Parmi les 10 000 contribuables les plus riches en termes de revenu, 150 n'ont pas payé d'impôt ou ont obtenu une restitution du Trésor public alors que leur revenu fiscal de référence était en moyenne de l'ordre d'un million d'euros", cite Le Monde qui relate les découvertes des députés. Le quotidien poursuit avec un exemple édifiant : "Parmi les 100 contribuables les plus riches en termes de revenu, plusieurs se sont vu rembourser, en moyenne, 230 euros alors que leur revenu fiscal de référence dépassait, en moyenne, les 11,9 millions".


Vous trouverez tout ça sur Internet (et il y en a des masses) en encodant : impots des riches. Très instructif. Allez un petit effort, au lieu de taper sur les Antillais, Guadeloupéens et autres, lisez ce qui se passe ici et maintenant.
avatar
ecolo1

Messages : 556
Date d'inscription : 02/11/2007
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Biréli le Sam 7 Mar - 20:56

ecolo1 a écrit:Vous trouverez tout ça sur Internet (et il y en a des masses) en encodant : impots des riches. Très instructif. Allez un petit effort, au lieu de taper sur les Antillais, Guadeloupéens et autres, lisez ce qui se passe ici et maintenant.
J'ai pas l'indignation sélective écolo. Je dénonce autant la gabegie dans les îles que chez les richards.

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Sylvie le Sam 7 Mar - 21:52

Biréli a écrit:
Sylvie a écrit:
Biréli a écrit:
Sylvie a écrit:comme s'il n'y avait pas de familles monoparentales en métropole !
Y en 3 fois moins en pourcentage qu'en Guadeloupe ! Comment cela se fesse ?
sincèrement je m'en balance, ça change quoi ? vaut mieux être célibataire même avec un gamin que sous la coupe d'un bonhomme violent ou paresseux par exemple !
Gloups ! T'incinères que les guadeloupéens seraient violents et paresseux ????

pas plus que d'autres ! mais c'est une ile , 400 000 habitants , on a vite fait le tour des prétendants non ?? Laughing
d'ailleurs meme ici on se marrie de moins en moins , c'est aussi une constante économique , un mariage ça coute cher et un divorce encore plus ! il n'y a que chez les musulmans où les mariages restent constants et où on divorce peu , mais pas pour les mêmes raisons ....
en France en 2008 il y a eu plus de PACS que de mariages !
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La face cachée des états généraux ultramarins

Message  Biréli le Dim 5 Avr - 10:48

http://www.marianne2.fr/La-face-cachee-des-etats-generaux-ultramarins_a177774.html

La face cachée des états généraux ultramarins

Anna-Marie Le Pourhiet, professeur de droit, dénonce le règne de la démagogie qui s'instaure avec les états généraux ultramarins à venir. Où l'on apprend que les beke n'ont pas le monopole de la profitation.

« Organiser des états généraux pour remettre à plat le modèle ultramarin », tel est donc le nouveau mot d’ordre gouvernemental, qui présuppose que « modèle » il y ait, ce dont il est permis de douter compte tenu du bricolage qui en tient lieu depuis si longtemps.
Que va-t-on encore observer, dire et prescrire dans les ateliers de cette grand-messe tropicale ? Nous le savons à vrai dire déjà car les bibliothèques de l’Assemblée nationale, du Sénat, de la rue Oudinot et de Bercy croulent sous le poids des innombrables rapports remis depuis des décennies sur l’Outre-mer en général ou chaque collectivité en particulier. Tous ont parfaitement diagnostiqué les problèmes en présence. Localement et à Paris on ne compte plus les incessants colloques où se produisent de doctes experts qui viennent exposer savamment les pathologies du grand malade ultramarin.

Exonération-subvention-dérogation
Chaque débat budgétaire permet aussi au chœur de pleureuses des parlementaires d’Outre-mer de décrire la situation économique et sociale désastreuse de leur circonscription à laquelle les gouvernements successifs répondent par des lois (d’orientation, de programmation ou de développement) qui ne contiennent jamais rien d’autre que l’éternelle trilogie « exonération - subvention - dérogation », c'est-à-dire des discriminations positives territoriales jusqu’à l’écoeurement, au point de distribuer maintenant des billets d’avion gratuits aux frais du contribuable !

Ces temps-ci nous avons encore vu se succéder les bavards incontinents qui déversent à chaque occasion leur pédagogie stérile. Tantôt ce sont des politiciens incapables de proposer autre chose que des « évolutions institutionnelles » dont on connaît la parfaite inutilité pour sortir de l’assistanat économique et social. Tantôt ce sont les habituels plumitifs qui nous abreuvent de leur jargon pédant et incompréhensible. Ils nous expliquent ainsi refuser de « s’enfermer dans une verticalité royale pour le moins involutive », et proposent de prendre en compte « une réalité omnidimensionnelle, laquelle devrait d’abord nous inviter à fixer l’impensable », puis d’« aller en relations partenariales dans l’appétit d’un imaginaire libre », avant que « d’aborder aux rives salubres du poétique » (Patrick Chamoiseau, Le Monde, 14 mars 2009). Voilà qui fera assurément baisser les prix et le chômage !

Les Beke n'ont pas le monopole de la profitation
Quant au secrétaire d’Etat à l’Outre-mer il pense avoir soudain trouvé la formule magique dans « le tourisme, l’agro-nutrition et les énergies renouvelables » ainsi que dans la « valorisation des universités ultramarines », mais l’on trouvait déjà toutes ces bonnes idées dans les discours tropicaux de Jacques Chirac qui n’ont cependant jamais servi à rien.
Dénoncer la « profitation » de certains serait crédible si celle-ci n’était pas la valeur la mieux partagée des sociétés d’outre-mer où chacun, du plus humble RMIste au Béké, en passant par les fonctionnaires, les syndicalistes et les élus locaux, fonctionne au passe-droit et au clientélisme. L’Etat de droit comme les principes républicains sont mal assimilés et l’Etat tout court n’accomplit pas ses missions régaliennes de contrôle du respect des lois de crainte de se faire accuser de mener une « politique d’oppression colonialiste ». On a ainsi pu lire des rapports préfectoraux reconnaissant avoir négligé le contrôle des actes des collectivités territoriales au prétexte des « troubles à l’ordre public » que pourrait déclencher la sanction des illégalités.

Les chiffres du chômage faussés par le RMI
Que dire de l’incurie de la gestion publique locale en matière de transports en commun, d’urbanisme, d’environnement, de perception des impôts locaux, d’assainissement, ou d’entretien des routes et trottoirs ? Fort-de-France et Pointe-à-Pitre sont sans doute les deux capitales régionales les plus insalubres de France. Où est donc passé l’inventaire tant attendu de la gestion d’Aimé Césaire ? Que dire aussi du cumul fréquent du RMI et d’un travail clandestin qui fausse les chiffres du chômage et contre lequel les services de contrôle ne luttent pas franchement ?
L’Etat-providence est sans doute omniprésent mais l’Etat régalien a peur de son ombre et on a pu le constater encore dans l’attitude timorée d’Yves Jégo. La routine en réalité. Que des étudiants incendient, en 1996, un véhicule à Cayenne et voilà aussitôt deux ministres qui montent dans le premier avion pour démanteler stupidement l’académie des Antilles-Guyane.

La question n’est pas de savoir si le passé esclavagiste cicatrise ou non, elle est qu’on ne veut surtout pas le solder car c’est un moyen de pression et de chantage quotidiens d’une efficacité formidable. Il justifie absolument tout y compris l’infantilisme syndical, les grèves à répétition et les menaces et agressions qui les accompagnent.
Comment faire taire la critique d’un professeur métropolitain contre une mauvaise formation qui nuit aux étudiants, sinon en lui lançant, en plein conseil scientifique de l’Université « C’est le retour du pouvoir blanc ! » ? Inutile de prétendre « valoriser » l’Université des Antilles et de la Guyane alors qu’elle est à la queue du classement français pour cause de recrutement endogame des enseignants-chercheurs. Que l’on fasse donc un audit de l’enseignement du droit en Guyane et l’on constatera qu’il n’y pas que les Békés qui éliminent la concurrence. Quand la « préférence autochtone » devient la règle dans un territoire, la médiocratie s’installe au préjudice dramatique des générations futures. Ajoutons y la sur-rémunération des fonctionnaires avec son injustice criante et ses effets inflationnistes bien connus et la faillite est assurée.

L’Outre-mer français marche sur la tête et vit au dessus de ses moyens. Si les états généraux prévus ne servent qu’à entendre ressasser les sempiternels constats et que l’Etat recule de nouveau devant les mesures drastiques à proposer gageons qu’on aura encore palabré pour rien et qu’il ne restera plus aux contribuables qu’à payer la facture. Comme d’habitude.

Dimanche 05 Avril 2009 - 00:37
Anne-Marie Le Pourhiet

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Alors, kisékicose des z'Antilles ???

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 6 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum