Un jeu de dupes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un jeu de dupes

Message  Laulau le Jeu 3 Juin - 13:50

Israël, une image en lambeaux




jeudi 3 juin 2010, par Denis Sieffert

Comme un aveu du crime, la censure est tombée lourdement sur
l’information dès l’aube de ce lundi 31 mai. Dix morts ? Douze ? Puis
neuf. Chiffre encore provisoire. Et des dizaines de blessés. Quarante
peut-être. À peine le monde entier avait-il pris connaissance de
l’événement qu’un épais silence s’abattait, exactement semblable à celui
qui avait isolé Gaza en décembre 2008 et janvier 2009. Silence, on
tue ! Nous savons ce qui est advenu à Gaza. Quand les images et le son
ont été rétablis, par les chaînes arabes d’abord, on a dénombré mille
quatre cents morts, et découvert un champ de ruines. Il n’est pas
inutile de se rappeler que cet épisode tragique avait déjà suscité
indignation, protestations et demandes d’enquête internationale. Et puis
quoi ? Rien. Le rapport Goldstone a été jeté aux orties. Israël a été
depuis intégré à l’OCDE. La France a demandé que l’on rehausse le niveau
des accords commerciaux entre l’État hébreu et l’Union européenne. Et
voilà qu’un an et demi après, les commandos de choc de la marine
israélienne ouvrent le feu sur une flottille humanitaire qui
transportait des produits de première nécessité, des maisons
préfabriquées à installer sur les ruines de janvier 2009 et du matériel
médical. Tuent neuf personnes, blessent et emprisonnent. Bis
repetita.
Indignation, protestations et demandes d’enquête.

Émettons ici deux pronostics d’apparences contradictoires : gageons
qu’il ne se passera rien de bien méchant pour Israël du côté des
sanctions, résolutions onusiennes et autres commissions d’enquête ;
mais, parallèlement, l’image de ce pays part en lambeaux, ses
explications alambiquées de l’agresseur agressé ne sont plus crues, et
son capital de sympathie originelle – le pays refuge après la Shoah –
est à peu près dilapidé.

C’est peut-être cette contradiction qui est la plus explosive, car
elle rejaillit sur l’ensemble des relations internationales. C’est
l’opposition entre les peuples et les grandes puissances occidentales.
Certes, les protestations officielles sont sans doute un peu plus vives
cette fois. Il est vrai que le Hamas n’est pas là pour offrir ne
serait-ce qu’un semblant d’alibi. Empiriquement, peut-être,
sentimentalement, sûrement, ce sont les peuples qui ont raison.
L’analyse juste est plutôt du côté des manifestants qui sont descendus
dans les rues du monde entier tout au long de la journée de lundi. Parce
que ceux-là, qui ne font pas dans la diplomatie, ni ne sont prisonniers
d’un entrelacs d’intérêts économiques, stratégiques et politiques, ont
intégré une donnée fondamentale que les chancelleries, et la plupart des
commentateurs ne peuvent exprimer : à savoir qu’Israël (ses dirigeants
et une partie de ses élites) ne veut pas la paix. En tout cas, pas
maintenant. Car Israël n’a pas renoncé à l’annexion de la Cisjordanie,
et il lui faut pour y parvenir du temps, toujours du temps. D’où un
énorme contresens dans les explications que l’on lit ici ou là, et qui
ont en commun d’analyser, depuis dix ans, les faits et gestes des
dirigeants israéliens comme autant « d’erreurs ». Nos analystes seraient
les seuls à comprendre, et les dirigeants seraient des sots. C’est
d’ailleurs la logique de la pétition « Appel à la raison », si
médiatiquement valorisée ces jours-ci. Les uns sincères, d’autres moins,
y prenaient en charge les intérêts d’Israël au point de donner des
conseils en communication aux dirigeants de ce pays : « Ne faites pas
cela, ce n’est pas bon pour votre image ! »

Une semaine plus tard, les promoteurs de cette démarche sont
ridiculisés. Parce que leur logique n’est pas celle des dirigeants
israéliens. Pourquoi ceux-ci seraient-ils les seuls au monde à ne pas
comprendre que les bombes sur Gaza sont impopulaires et qu’elles
renforcent le Hamas ? Comme le blocus et ce sadisme d’État qui consiste à
laisser pourrir les denrées destinées à la population. Et que
l’opération de lundi matin donne une fois de plus raison aux plus
radicaux du côté palestinien tout en décrédibilisant ceux qui sont
engagés dans la négociation. Lundi, au prix de neuf vies humaines,
l’heure de la discussion sur le statut final d’un État palestinien s’est
encore un peu plus éloignée. Et d’ici là la colonisation se poursuivra.
Le reste est littérature et bons sentiments. Les dirigeants israéliens
savent parfaitement que cette politique tendue vers l’objectif a un
prix. Ils savent qu’ils ont quelques jours difficiles à passer. Pour que
cela passe plus vite et mieux, ils déploient leurs communicants. Tous
excellents. Ce sont, nous dit-on, les commandos de choc aéroportés,
harnachés et armés jusqu’aux dents qui ont été agressés. Ils étaient en
légitime défense. Les humanitaires étaient en réalité des
« terroristes »…

Chez nous, le porte-parole de l’UMP s’est empressé de reprendre tout
ça. Toute honte bue. Ce qui explique que Bernard Kouchner n’ait vu dans
cette affaire qu’un « incident regrettable ». On fera surtout
grief à Israël d’avoir lancé son assaut meurtrier dans les eaux
internationales… Quelques milles nautiques plus loin, tout aurait paru
normal. Il y a tout de même dans tout ça quelque chose de nouveau. La
violence extrême, « disproportionnée » comme disent aimablement
les grandes ambassades, qui a toujours été la méthode d’Israël – frapper
très fort pour terroriser –, vise à présent les humanitaires
internationaux, comme les ONG israéliennes. C’est qu’Israël se découvre
un nouvel ennemi. Les campagnes internationales de boycott, l’émergence,
en Palestine même, de mouvements non-violents, les diverses missions
civiles inquiètent de plus en plus l’État hébreu. L’armée tire
aujourd’hui sur ces militants. Elle a commencé bien avant ce maudit
lundi 31 mai. Cela, c’est aussi une conséquence de cette contradiction
que l’on notait plus haut entre l’inertie officielle et la mobilisation
des opinions.
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jeu de dupes

Message  Biréli le Sam 5 Juin - 9:41

Les laïques doivent-ils condamner Israël, et hurler avec les islamistes ?
vendredi 4 juin 2010, par Cyrano

Nous nous croirions revenus en janvier 2009, à l’époque des événements de Gaza. Pendant de longues semaines, les médias, à l’unisson, nous avaient raconté une belle histoire de manière totalement manichéenne. Les Israéliens, et leur armée, Tsahal, étaient des méchants, tandis que les Palestiniens, malgré le Hamas, étaient d’innocentes victimes. On avait vu des manifestations dans toute la France, certaines allant même jusqu’à faire le parallèle entre l’Allemagne nazie et Israël. On vit même, dans les rues de Paris, toute une partie de la gauche manifester avec les fascistes islamistes et l’Internationale côtoyer les prières musulmanes et les "Allah akbar" !

Un de nos lecteurs, Jean Théron, nous avait proposé un article intitulé : "France, te rends-tu compte de la haine anti-juive qui t’a submergée ?" (1), toujours d’actualité.

Un éminent philosophe laïque, Henri Pena Ruiz, dans un droit de réponse demandé à notre journal, nous avait vivement reproché notre position, lors de ces événements : "Le débat oui, mais pas la déformation polémique. A moins que sous prétexte de laïcité on ne nourrisse un autre projet politique. Mais alors il faut le dire. La défense d’Israël par Riposte Laïque au moment où il bombardait les populations civiles de Gaza ne me semble pas précisément relever de l’esprit laïque. En fait, Riposte laïque ne combat pas seulement l’islamisme, mais aussi et surtout l’Islam, et dissimule très mal sa volonté de hiérarchiser les religions, mais aussi les différentes cultures. Elle reprend en fait à son compte la thèse du « choc des civilisations », de si triste mémoire".

Quitte à aggraver notre cas, nous allons persévérer. Nous ne sommes pas des agents du Mossad. Nous ne sommes pas davantage en total accord avec l’ensemble des politiques menées par les différents gouvernements israéliens. Certaines pratiques religieuses juives nous laissent perplexes. Nous n’entrerons pas dans le débat de savoir si, historiquement, la Palestine appartient aux Arabes ou aux Juifs. Nous n’aborderons pas davantage la question géo-politique. Nous ne sommes pas de ces grands stratèges qui, depuis le café de Flore, expliquent qu’il ne fallait pas construire un "mur de la honte" pour se préserver des attentats suicides, que la riposte de janvier était disproportionnée, et que ce qu’on appelle "l’affaire de la flottille de la paix" est une faute politique grave du gouvernement Netanyahou, comme se permet de l’affirmer, depuis Paris, un Mohamed Sifaoui, auquel Paul Landau répond dans ce numéro. Nous nous contentons de reconnaître le droit à l’Etat israélien de se défendre, face à des fascistes religieux qui, dans leur charte, prévoient l’extermination des Juifs et l’anéantissement de l’Etat d’Israël.

Or, nous constatons encore une fois, sans surprise, mais avec indignation, le traitement unilatéral de l’information, et le lynchage médiatique et politique incroyable que subit le gouvernement israélien. Le sommet de l’ignominie revient, sans hésiter, à Roland Dumas, invité à l’émission de Frédéric Taddéi. L’ancien chef de la diplomatie française, qui s’était déjà distingué en voyant une ambiance vichyste et pétainiste dans la proposition de loi contre la burqa, a osé comparer l’attitude d’Israël à celle d’Hitler, n’hésitant pas à évoquer de futures brigades internationales, à l’image de celles ayant été combattre pour l’Espagne républicaine, contre Franco, en 1936 ! (3) Bref, Israël serait un mélange d’Hitler et de Franco, et le Hamas serait les descendants des brigades internationales et de la Résistance française ! Faut-il rappeler l’allégeance du mufti de Jérusalem à Hitler ? Nous sommes en plein dans l’idéologie des islamistes et de tous ces gauchistes qui, osant banaliser l’horreur de la shoah, se permettent de comparer Israël à l’Allemagne nazie, et les Arabes du XXIe siècle aux Juifs du XXe siècle.

Cela nous rappelle, bien évidemment, même si c’est à des degrés différents, les campagnes de diffamation que nous subissons régulièrement. Ainsi Israël et les laïques français sont-ils non seulement confrontés, avec leurs réalités et des conséquences différentes, à la volonté de conquête des islamistes, mais ils doivent également faire face aux mêmes anathèmes de la bien-pensance, dès qu’ils veulent se défendre, face à la moindre agression. Israël, parce qu’il se défend, deviendrait un état fasciste, tandis que les laïques qui refusent l’islamisation de leur pays seraient des racistes adeptes de l’idéologie du Front national, voire du choc des civilisations. On pourrait élargir cette remarque aux Suisses qui votent contre les minarets, ou aux Hollandais qui soutiennent Geert Wilders : tous des racistes xénophobes populistes !

Nous sommes dans une guerre des mots, dans l’inversion systématique des réalités et des valeurs, et cette guerre, il nous faut la gagner. Les vrais fascistes, la menace numéro un, dans le monde, en 2010, ce sont les islamistes. Les vraies victimes potentielles, c’est d’abord Israël, que le dictateur iranien et ses alliés ont décidé de rayer de la carte. La disparition d’Israël est une première étape dans la conquête du monde que les fanatiques musulmans appellent de leurs vœux, les manifestations haineuses qui fleurissent partout dans le monde, musulman ou pas, dès qu’Israël lève le petit doigt, en témoignent. La population la plus menacée, dans ce contexte, en France, par l’importation du conflit israélo-palestinien, et l’antisémitisme qui va obligatoirement en découler, ce sont les Juifs, et leurs enfants, dans nos écoles. Certainement pas les musulmans, dix fois plus nombreux.

Par ailleurs les nouveaux collaborateurs de l’extrême droite politico-religieuse qui nous menace, dans notre quotidien, sont majoritairement de gauche et d’extrême gauche, aux côtés des Dieudonné-Soral et de toute une extrême droite qui se retrouve dans l’antisémitisme d’un Le Pen. La majorité des médias français est pourtant de leur côté, et relaie cette guerre idéologique. Comment ne pas faire le parallèle avec les intimidations et critiques odieuses qui ont eu lieu pour éviter ou plutôt pour faire interdire les deux débats français, que nous évoquons dans notre livre "Résistance Républicaine", sur la burqa et sur l’identité nationale ?

Surtout, quel décalage, là encore, entre le rouleau compresseur médiatique, et les réactions populaires, dans les émissions radiophoniques, ou sur les forums. La majorité des citoyens français approuve l’action d’Israël, comme hier elle approuvait le vote des Suisses, tout simplement parce qu’elle perçoit la réalité de la vraie menace, malgré les écrans de fumée du politiquement correct.

Pas plus que lors des événements de Gaza, nous ne nous laisserons intimider par ce déferlement de haine antisioniste qui cache bien souvent un antisémitisme larvé. Nous avons, dès mardi, publié une réflexion de Pascal Hilout, sur l’instrumentalisation de la cause palestinienne, et le texte d’un lecteur, Max Leroy, prenant le total contre-pied du matraquage médiatique que nous avons subi des jours durant. (4)

Nous allons, dans les prochains jours, regarder attentivement ces gens de gauche, qui se prétendent anti-fascistes, tout en marchant, depuis des années, main dans la main avec l’extrême droite islamiste. Nous allons voir s’ils vont oser manifester, comme en 2009, avec l’UOIF, les disciples de Tariq Ramadan, les Indigènes de la République aux propos racistes et les fascistes du Parti des Musulmans de France, se contentant d’un cordon sanitaire. Nous allons regarder également attentivement du côté d’une extrême droite où tout le monde n’a pas perdu les vieux réflexes antisémites. Nous nous attendons une fois de plus, dans les jours qui vont suivre, à des commandos islamogauchistes, multipliant les opérations coups de poing contre les produits israéliens.

Pour ces gens là, bien silencieux sur les massacres du Darfour, sur celui des chrétiens dans le monde, des homosexuels en Iran, sur les crimes d’honneur contre les femmes dans les pays musulmans, mais aussi en Europe, sur l’offensive du voile, il n’y a qu’un fascisme au monde, c’est Israël, bien que ce pays soit la seule démocratie de la région, que des Arabes soient élus à la Knesset, et puissent manifester librement dans les rues de Tel Aviv.

Notre choix de société est fait. Entre la démocratie, imparfaite, critiquable, d’Israël, et le projet de société du Hamas, et de tous les barbus et voilées qui vont crier leur haine, dans les rues françaises - et probablement conclure la manifestation par des voitures incendiées et des boutiques brisées, comme à chaque fois - il n’y a aucune tergiversation. Nous ne voulons pas du modèle de société moyen-âgeux, obscurantiste et totalitaire qu’ils veulent imposer, et substituer à notre modèle démocratique laïque, humaniste, féministe et républicain.

Pour nous, c’est la démocratie contre le fascisme politico-religieux, et ses collaborateurs de gauche à la Besancenot-Mamère-Dumas, ou de droite à la Villepin-Raoult-Juppé.

Il nous semble, n’en déplaise à Henri Pena Ruiz, que lutter contre cette extrême droite islamiste qui menace nos libertés, en France et dans le monde, soit d’abord une priorité, et la seule position laïque possible, quand on se réclame de la défense des Lumières.

Cyrano

(1) France-te-rends-tu-compte-de-la.html

(2) Aux-responsables-de-Riposte-Laique.html

(3) http://www.lepost.fr/article/2010/06/02/2096386_clash-roland-dumas-vs-elisabeth-levy-c-est-moi-qui-vous-rapelle-hitler-fullhdready.html

(4) http://www.ripostelaique.com/Gaza-y-en-a-marre-des.html

http://www.ripostelaique.com/Gaza-Flottille-de-la-haine-et.html

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

La meute médiatique est lâchée

Message  Biréli le Sam 5 Juin - 9:43

La meute médiatique est lâchée
vendredi 4 juin 2010, par Mireille Kukawka

S’il est une profession sinistrée, c’est bien celle de journaliste ! Apparemment rien ne lui sert de leçons ! Les mensonges sur la Roumanie de Timishoara, le reportage "en direct "sur Fidel Castro, bidouillé à Paris, le "massacre "de Jenin.... La liste est longue des mensonges par omission , des compte-rendus partiels et orientés se voulant la "Vérité", la désinformation constante concernant Israël et les Palestiniens.

Le dernier exemple sur "la flottille de la liberté" est un véritable cas d’école : on ne donne la parole, de plus sur des radios publiques, qu’à des représentants d’une seule partie ; il est très facile de trouver des "contre informations" sur internet et dans la presse étrangère ; mais les journalistes qui se jettent sur l’ actualité sans prendre le moindre temps de recul pour faire une analyse sérieuse, assènent des informations partielles et partiales.

Quel est celui qui va procéder à une véritable enquête sur la personnalité, les motivations de ces soi-disants redresseurs de torts ? Qui sont-ils ? Des gens poussés par un véritable désir de mettre fin à ce terrorisme quotidien qu’exerce le Hamas sur la population de Gaza, sur la polpulation d’Israël près de Gaza ? Non, ce sont d’une part des nostalgiques d’un communisme pur et dur, des individus qui soutiennent sans coup férir les pires dictatures du Moyen Orient dont la plupart des dirigeants n’ont pas la moindre légitmité (mis en place par les grandes puissances) ; d’autre part des personnes qui approuvent le sort fait aux femmes en préférant défiler avec les "barbus" dans les rues de Paris plutôt qu’entendre ces femmes courageuses qui dénoncent ce qui se passe dans leur pays mais qui ne sont que très rarement invitées dans les médias !

Non, les Palestiniens ne sont pas les damnés de la terre ! Non les Palestiniens ne meurent pas de faim ! Non les Palestiniens n’habitent pas dans des camps sous des tentes ! Il suffit de voir les somptueuses maisons en bordure de mer, qui n’ont rien à envier à celles de la côte d’Azur !

Après la deuxième guerre mondiale des millions de personnes ont été "déplacées" sans possibilité de retour ! Qu’on-elles fait ? Elles se sont intégrées dans les pays d’accueil et ont reconstruit une vie ! Après le partage de la Palestine sous mandat britannique (et auparavant territoire, pendant des siècles de l’empire ottoman), 750.000 juifs d’Irak et autres pays du Moyen Orient ont dû tout abandonner (et pourtant ils étaient dans ces pays bien avant l’invasion arabe et musulmane !), sans possibilité de retour !

En Israël, il y a des députés arabes israëliens ; qui en parle ? Alors pourquoi un tel déferlement contre Israël, soutenu par l’extrême gauche dont le seul fonds de commerce reste les Palestiniens ! Pourquoi un tel manque de soutien de la part du parti socialiste ? Mais il suffit de se rappeler l’adhésion à Pétain en 1940 de la grande majorité des élus socialistes de la chambre du front populaire !

Non les islamistes de la flottille de la paix ne sont pas venus pour aider leurs frères palestiniens ; qu’ont fait, depuis 1948 les frères de la région, pour eux ? Leur ont-ils donné la nationalité du pays vers lequel ils s’étaient tournés ? Non, de septembre noir qui a vu l’éxécution par l’armée jordanienne de 10.000 Palestiens jusqu’au Liban qui laisse ces populations en marge, la grande solidarité des frères est bien absente ! La réalité est autre ; ce qui est insupportable, intolérable, c’est que cette grande nation arabe soit dominée par les Dhimmis qu’elle a opprimés pendant tant de siècles !

La situation est grave, complexe ; mais la simplification présentée par les médias, le manichéisme dans lequel ils sont enfermés, loin d’aider à trouver une solution, ne peut qu’aggraver une situation explosive !

Mireille Kukawka

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Briser un blocus militaire constitue un acte de guerre

Message  Biréli le Sam 5 Juin - 9:45

Briser un blocus militaire constitue un acte de guerre
vendredi 4 juin 2010, par Halim Akli

Loin de toute cette vague de compassion et de condamnation qui recèle en son sein certes, des réactions sincères mais aussi, des calculs sournois visant, entre autre, à justifier les futurs attentats suicides qui déchiquèteront encore des innocents à Tel Aviv et de voiler donc l’autre violence d’un Hamas et d’un Hizbollah toute aussi inhumaine, il est une optique moins chauvine et plus objective qui consiste à condamner aussi bien la violence de la réaction que les visées non avouées d’une tentative de briser un blocus militaire qui, une fois de plus, est en soi un acte de guerre alors même que ce blocus est rendu possible surtout par les régimes arabo-musulmans eux-mêmes qui, dans leur totalité, exercent un véritable blocus politico-économique et social sur leurs gouvernés...mais cela est déjà une autre histoire diront certains.

Ceci, au-delà même de l’évidence qui fait que derrière cette flottille, ce sont les mêmes régimes (Algérie, Egypte, Syrie, Iran, Turquie...), voire même les organisations intégristes (Hamas, Hizbollah...) qui financent et tirent les ficelles pour que ce problème du Moyen-Orient puisse retrouver un peu de sa "splendeur" médiatique afin de manipuler encore et toujours la rue arabe et musulmane et de permettre à ces régimes de se faire oublier, eux et le marasme social qu’ils produisent pour leurs gouvernés, et à ces mouvements islamistes, de retrouver un peu de légitimité populaire, d’aiguiser leurs "bombes humaines" et de justifier aussi bien leur violence à venir que la réaffirmation de leur velléité hégémonique en Europe et ailleurs dans le monde.

La solution aurait du être trouvée à un autre niveau politique que dans une flottille qui peut être soupçonnée, à juste titre, de faire dans la provocation sous couvert d’humanitaire. Je ne fais pas dans la justification d’une violence certes disproportionnée dont s’est rendue coupable l’armée israélienne mais en même temps, loin de toute démagogie propre au politiquement correct et de toute candeur politique, il est indéniable que tenter de briser un blocus militaire constitue en soi un acte de guerre ! Un acte de guerre appelle une réaction de même type, c’est du moins prévisible comme issue.

Cela reste mon opinion ; celle d’un amazigh nord-africain qui pense "Humanité" et qui ne se sent ni palestinien, ni israélien, encore moins arabe.

Halim AKLI

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

C'est à Ankara que ça se passe

Message  Biréli le Sam 5 Juin - 10:44

C’est à Ankara que ça se passe

Éditorial du n° 84 - Semaine 22

L’organisation pro-palestinienne de gauche et d’extrême gauche « Free Gaza » avait affrété six bateaux chargés de 10 000 tonnes d’aide pour Gaza, dans une nouvelle tentative pour briser le blocus imposé par Israël. L’armée israélienne est intervenue, alors qu’il faisait encore nuit, dans les eaux internationales. Des troupes héliportées sont descendues sur le plus grand des navires et ont tiré contre des militants qui se défendaient avec de dérisoires bâtons. Bilan, selon l’armée israélienne : 9 morts, dont 4 Turcs.

L’opération est unanimement condamnée, y compris par les Etats-Unis, y compris par les médias israéliens qui la qualifient de « fiasco » et de « stupidité ».

La provocation de Free Gaza avait pour but de dénoncer la situation à Gaza, dont les Etats-Unis eux-mêmes viennent de rappeler qu’elle est « inacceptable ». La réponse d’Israël est une autre provocation, un de ces coups de menton irresponsables dont les Israéliens ont le secret. A moins qu’ils aient besoin de relancer périodiquement le cycle des attentats…

Une opération turque

Dans l’immédiat, le plus important est de tenter de cerner le rôle de la Turquie. La flottille était partie de la zone de Chypre sous contrôle turc, et avait été inspectées par les autorités turques.

Or la Turquie était (est toujours, en théorie) le seul allié d’Israël dans la région. Les relations entre les deux pays se sont gravement détériorées après l’attaque de Gaza fin décembre 2008. Les autorités turques ont maintes et maintes fois condamné l’opération, en termes très vifs, de grandes manifestations anti-israéliennes ont été organisées dans le pays, des manœuvres conjointes entre les deux armées ont été annulées, et depuis lors il n’y a eu aucune amélioration. Parallèlement, on a vu s’opérer un spectaculaire rapprochement entre la Turquie et l’Iran.

Et c’est dans cette configuration qu’a lieu la tentative de briser le blocus de Gaza. Une tentative turque, même si le gouvernement d’Ankara n’en est pas directement à l’origine, et s’il y avait des activistes de 42 pays.

Les réactions turques, plusieurs tons au-dessus des autres, pourtant si vives, montrent bien que le gouvernement turc se sert de cette affaire pour franchir un nouveau pas dans son hostilité à Israël.

Ankara et Téhéran

Et l’on ne peut que se demander pourquoi Ankara opère un tel retournement diplomatique, totalement impensable il y a quelques années.
On a la réponse quand on regarde qui dirige la Turquie, et l’évolution de la population turque. Le pouvoir politique en Turquie est occupé par des hommes qualifiés stupidement par la presse occidentale d’« islamistes modérés », ce qui est une contradiction dans les termes. Et comme le dit le Premier ministre Erdogan, il n’y a pas d’islam modéré ou non, il y a l’islam. Le pouvoir est donc clairement islamiste, après de longues décennies « laïques ». Et ces gens-là ont été portés au pouvoir par un peuple qui s’est profondément ré-islamisé et qui continue de se ré-islamiser.

Le tropisme islamique fait que la Turquie se tourne aujourd’hui vers les pays musulmans, et de façon a priori étonnante vers l’Iran chiite (mais il y a le pétrole dont la Turquie a besoin, le fait qu’un quart des Turcs sont alevis, proches du chiisme, l’influence de l’Iran dans certaines républiques turcophones du Caucase…).

Du coup, ces derniers temps, on n’entend plus guère les Turcs revendiquer leur adhésion à l’Union européenne…

http://www.daoudal-hebdo.info/Daoudal_Hebdo/Bienvenue.html

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jeu de dupes

Message  trami le Ven 11 Juin - 10:19

Je ne regarde que les faits :mission humanitaire ,avec ,à bord des cargos , 600 humanitaires !
Ben mon colon ,y avait besoin d'autant de pacifistes ?
En grande partie ,ce sont des turcs ,et ,comme par hasard la Turquie vient de se rendre compte :
1° qu'elle ne rentrera pas dans l'union européenne
2°que la Russie vient de rejoindre la cohorte occidentale
..........Donc jeu de bascule vers l'Iran et la Syrie en vue de constituer un bloc islamiste !
Sacrés turcs ,pas foutus de reconnaître la génocide arménien,et incapables de revenir sur leur connerie de Chypre !
Mad
avatar
trami

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 86
Localisation : Lagord (17140)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un jeu de dupes

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum