La patée pour le tigre celtique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La patée pour le tigre celtique

Message  Laulau le Mar 5 Oct - 12:55

"Il va y avoir un bond très important du déficit public en raison du soutien que nous apportons au système bancaire, qui totalisera près de 20 % du PIB", a expliqué Brian Lenihan dans un communiqué. Il a souligné que l'Etat, disposant de réserves de liquidités suffisantes, n'aurait pas besoin d'emprunter des fonds supplémentaires pour combler ces dépenses.
Mais le sauvetage de l'Anglo Irish Bank continue par ailleurs à creuser son trou dans les finances publiques. Les autorités irlandaises ont annoncé jeudi que le plan de sauvegarde de l'établissement bancaire devrait coûter au minimum 29,3 milliards d'euros, et 34,3 milliards dans le pire des cas.

L'Anglo Irish Bank, qui a annoncé fin août une perte semestrielle record de 8,2 milliards d'euros, fait partie des pires nauffrages du secteur. Les banques irlandaises ont en effet accumulé les pertes à cause de créances pourries engagées avant la crise financière, destinées à financer des chantiers immobiliers".

Mais ou est passé le tigre celtique ?

Mais si, souvenez-vous, c'était il n y a pas si longtemps : pas un libéral digne de ce nom - et mettre "libéral" et "digne" dans la même phrase fait tout drôle mais passons- ne pouvait manquer d'opposer les charmes du "tigre celtique" bondissant dans les vertes prairies de la déréglementation, aux aigreurs repliées sur elle-mêmes de cette France bolchévoarchaïsante qui refusait sottement de voir son Code du travail et son salaire minimum remis en question. Semaine de travail de 48 heures et licenciements "simplifiés", dérégulation enthousiaste et poids accru de la finance et des banques : tout concourait à faire de ce petit pays un nouvel eden du marché libre.

Et que s'est-t-il donc passé ?
La même chose que d'habitude : le libéralisme s'est pris le mur de la réalité en pleine face et plutôt que de même faire mine de reconnaître ses erreurs, il décide de les faire payer à ceux qui les ont subies. Et quand comme en Irlande on se prend une explosion de la bulle immobilière alors que tous les filets de sécurité sociaux ont sciemment été détruits, on plonge des pans entiers d'une population dans une misère noire. Mais dame : il faut bien sauver les banques. Encore ? Oui. Encore.

Allez donc faire un petit tour sur les sites de jean-foutre néolibéraux qui couinent sans trêve ni relâche contre le soviétisme du déclinisme en Frankistan, faites l'effort de vous salir u peu les yeux. Aucun n'en parle. Tous sont d'une exquise pudeur dans cette affaire parce qu'ils n'ont tout simplement rien à dire dès qu'une preuve de l'échec de leur dogme leur est mise sous les yeux. Ce n'est pas qu'ils ne comprennent pas : c'est plus simplement encore qu'ils ne veulent pas voir. Ces gens sont irrécupérables de toute façon.

Il y a une crispation palpable des riches, en ce moment : ils sentent que les regards se tournent vers eux mais plus du tout avec admiration et envie. Les têtes commencent à regarder dans les bonnes directions, d'où l'envoi plein pot des chihuahuas de la domination sur les tous les plateaux télé en ce moment. Qu'est-ce qui justifie l'omniprésence d'un Michel Godet ? Certainement pas sa brillante intelligence ou sa subtile argumentation - libéralisme = bien ! Tout le reste = méchant !, Michel Godet a trois idées qui tournent en boucle dans sa pauvre tête mais c'est amplement suffisant à un libéral pour fonctionner, trois idées. Ou cette défense émouvante des pôvres nantis par un de leur journal préféré : "Peut-on vraiment faire payer les riches ?", et réponse pas du tout ni attendue ni convenue : "ce n'est pas si simple"...
Mais faire payer les autres, en l’occurrence : nous, ça en revanche, c'est toujours très simple.

Les têtes commencent à regarder dans les bonnes directions et même si on est encore très très loin de ce qui est souhaitable ; même si pour le moment les populations sont encore à un stade de colère "froide" ; et même si pour ça il aura fallu que le libéralisme se montre sans masque dans sa nature profonde de brutalité cynique et inhumaine, dans sa vérité en somme : il commence à se passer le début d'une prise de conscience des vrais problèmes. Et des vrais coupables.


avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum