Cot, cot, co dette !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Mar 17 Fév - 15:11

Entre mai 1993 et mai 1997, la dette de la France a augmenté de 41,3% du PIB à 58 % soit + 16,7 pts.

Entre mai 1997 et mai 2002 elle a diminué de 58 % du PIB à 57 %. - 1 point.

Les prévisions, selon l'exécutif communautaire (commission européenne) sont pour 2008 : 67, 1% du PIB, pour 2009 : 72,4 % et 2010 : 76 %.

Avec la droite aux manettes, qu'est-ce qui augmente : la dette !
Et en plus ça rime...

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  trami le Mar 17 Fév - 18:21

Biréli a écrit:Entre mai 1993 et mai 1997, la dette de la France a augmenté de 41,3% du PIB à 58 % soit + 16,7 pts.

Entre mai 1997 et mai 2002 elle a diminué de 58 % du PIB à 57 %. - 1 point.

Les prévisions, selon l'exécutif communautaire (commission européenne) sont pour 2008 : 67, 1% du PIB, pour 2009 : 72,4 % et 2010 : 76 %.

Avec la droite aux manettes, qu'est-ce qui augmente : la dette !
Et en plus ça rime...

En plus ,la dette sociale augmente malgré les suppressions de médicament et de création de franchises de plus en plus lourdes ! Ça et les sanctions ,ils ne connaissent que cela !
avatar
trami

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 86
Localisation : Lagord (17140)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Mar 17 Fév - 19:47

Ce tableau là est vachement révélateur aussi :

http://www.gsk.fr/avenirdelasante/fiche_pratique/financement/deficit_secu.htm

Evolution du déficit du régime général de 1995 à 2008.
Source : commission des comptes de la Sécurité sociale, avril 2008

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Mar 17 Fév - 20:04

Encore une autre idée reçu battue en brêche.

Gilles Carrez, rapporteur du Budget à l'Assemblée nationale, et député UMP, avait déclaré (Les Echos 10/10/08) : "Entre 2002 et 2007, la droite aura deux fois moins baissé les impôts que la gauche entre 1997 et 2002"

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  trami le Mar 17 Fév - 20:35

Biréli a écrit:Encore une autre idée reçu battue en brêche.

Gilles Carrez, rapporteur du Budget à l'Assemblée nationale, et député UMP, avait déclaré (Les Echos 10/10/08) : "Entre 2002 et 2007, la droite aura deux fois moins baissé les impôts que la gauche entre 1997 et 2002"

Ce déficit est uniquement du aux insuffisances de cotisations ,engendrées par les sales entorses faites en premier par les socialistes ,mais aggravées par les suivants ! Ajoutons à cela une contraction des effectifs et de l'accroissement du chômage et voilà le résultat !
Virons Sarko et sa folle troupe d'incompétents ,taxons le CNPF/MEDEF,Taxons ceux qui ont des fonds planqués dans les paradis fiscaux ( 10mille milliards d' € --- vous vous rendez compte ,il y a dans le tas de grosses balnques françaises ! )
On n'est ppas prêts à sortir de l'auberge !!!!!!!!!!!
avatar
trami

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 86
Localisation : Lagord (17140)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  ecolo1 le Mar 17 Fév - 20:41

Voyons Trami; tu ne veux quand même pas que l'agité du bocal fasse comme Obama ! Il nuirait à ses copains, ça ne se fait pas !

On peut toujours rêver !

En parlant de patrons, samedi y a une réplique qui m'a bien plu (pour une fois) ; Ségaladisait que si on taxait les patrons, ils partiraient ailleurs et Zemmour (que je ne peux pas piffer) lui a répondu : aucun pays n'est demandeur ! J'ai trouvé ça marrant !
avatar
ecolo1

Messages : 556
Date d'inscription : 02/11/2007
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Laulau le Mar 17 Fév - 20:46

ecolo1 a écrit:Voyons Trami; tu ne veux quand même pas que l'agité du bocal fasse comme Obama ! Il nuirait à ses copains, ça ne se fait pas !

On peut toujours rêver !

En parlant de patrons, samedi y a une réplique qui m'a bien plu (pour une fois) ; Ségala disait que si on taxait les patrons, ils partiraient ailleurs et Zemmour (que je ne peux pas piffer) lui a répondu : aucun pays n'est demandeur ! J'ai trouvé ça marrant !


Segala a dit aussi que ceux qui n'ont pas de Rolex à 50 ans ont raté leur vie .......
Personnellement lorsque j'entends des trucs pareil j'ai une petite musique dans ma tête, ça fait : Ah ça ira, ça ira, ça ira ....
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  ecolo1 le Mar 17 Fév - 21:00

Laulau a écrit:
ecolo1 a écrit:Voyons Trami; tu ne veux quand même pas que l'agité du bocal fasse comme Obama ! Il nuirait à ses copains, ça ne se fait pas !

On peut toujours rêver !

En parlant de patrons, samedi y a une réplique qui m'a bien plu (pour une fois) ; Ségala disait que si on taxait les patrons, ils partiraient ailleurs et Zemmour (que je ne peux pas piffer) lui a répondu : aucun pays n'est demandeur ! J'ai trouvé ça marrant !


Segala a dit aussi que ceux qui n'ont pas de Rolex à 50 ans ont raté leur vie .......
Personnellement lorsque j'entends des trucs pareil j'ai une petite musique dans ma tête, ça fait : Ah ça ira, ça ira, ça ira ....



Ben nous sommes un paquet à l'avoir ratée ! Tant que la musiquette tu l'as dans la tête ça va, mais le temps des fourches et des piques ornées de têtes est révolue, la vraie sanction du peuple, c'est le vote, même si de temps à autre, on a des idées de meurtres ! La révolution est une utopie dangereuse dans notre pays, parce qu'elle aboutitait à l'effet inverse que celui recherché !
avatar
ecolo1

Messages : 556
Date d'inscription : 02/11/2007
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

L'histoire n'est pas ....

Message  Laulau le Mar 17 Fév - 21:20

ecolo1 a écrit:La révolution est une utopie dangereuse dans notre pays, parce qu'elle aboutitait à l'effet inverse que celui recherché !

L'histoire n'est pas un long fleuve tranquille ..... La crise vers laquelle nous allons (on y entre à peine) aboutira à la violence. Mais je vous rassure, si j'ose dire, la violence ne viendra pas de révolutionnaires comme moi, elle viendra du pouvoir. Nous allons tout droit vers un régime plus ou moins autoritaire, il n'est même pas sûr que vous puissiez continuer de faire joujou avec des urnes.
avatar
Laulau

Messages : 1238
Date d'inscription : 29/10/2007
Localisation : Marseille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  velo le Mer 18 Fév - 10:18

Bonjour les gens.

Alors Laulau, la révolution, elle est pour aujourd'hui ? Notre agité du bocal reçoit le gratin des syndicats, salariés et patrons. Zut y a pas de représentants des retraités ! Peut-être ben qu'il va sortir un lapin du chapeau, j'en doute, après avoir entendu Mme (ou Mr ?) Parisot ce matin.

velo

Messages : 64
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 78
Localisation : ici et là

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Jeu 19 Fév - 10:49

Et bien cher Borbo, j'ai l'impression que l'islamisation est un sujet qui vous branche davantage que la gestion économique et sociale calamiteuse de notre pays par la droite au pouvoir. Me trompé-je ?

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  ecolo1 le Jeu 19 Fév - 11:15

Salut Bibi, on attaque de bon matin ? En avanti ! Laughing Laughing
avatar
ecolo1

Messages : 556
Date d'inscription : 02/11/2007
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Jeu 19 Fév - 11:19

ecolo1 a écrit:Salut Bibi, on attaque de bon matin ? En avanti ! Laughing Laughing
Flamberge au vent ! (sans contrepèterie)
Faut que je m'dépêche de forumer because ce midi on est invités à becqueter chez des potes. On y va en train, sécurité routière oblige, because connaissant les lascars, c'est pas du jus d'ananas qu'on va téter.

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Enonomie

Message  borbo le Jeu 19 Fév - 11:41

[quote="Biréli"]Et bien cher Borbo, j'ai l'impression que l'islamisation est un sujet qui vous branche davantage que la gestion économique et sociale calamiteuse de notre pays par la droite au pouvoir. Me trompé-je ?[/quote]

Je considère pour ma part, que l'action menée par le gouvernement est la seule qui tienne la route.
La relance par la consommation, recommandée par la gauche et les syndicats, accompagnée de la réévaluation des salaires je n'y crois pas.
Sauf à imaginer des mesures ultraprotectionnistes, cela aurait pour seule conséquence de relancer les importations et le chômage dans les petites entreprises, aujourd'hui en péril.
Ceci n'aurait d'intérêt que pour l'import et les Chinois.

Vous allez me dire que je suis un béni-oui.oui qui a bien appris sa leçon. Mais je reste dans une logique capitaliste je ne crois pas aux économies collectivistes.

Je suis con vous le savez bien.

Ceci peut vous paraître trivial, mais pour moi 2 et 2 feront toujours 4.
avatar
borbo

Messages : 1292
Date d'inscription : 05/12/2007
Age : 70
Localisation : La Londe les Maures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Jeu 19 Fév - 12:02

borbo a écrit:La relance par la consommation, recommandée par la gauche et les syndicats, accompagnée de la réévaluation des salaires je n'y crois pas.
Certains économistes y croient.

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Lesquels?

Message  borbo le Jeu 19 Fév - 12:10

Biréli a écrit:
borbo a écrit:La relance par la consommation, recommandée par la gauche et les syndicats, accompagnée de la réévaluation des salaires je n'y crois pas.

Certains économistes y croient.
avatar
borbo

Messages : 1292
Date d'inscription : 05/12/2007
Age : 70
Localisation : La Londe les Maures

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Jeu 19 Fév - 12:33

Cherchez pour moi, j'ai un train à prendre (pas celui des réformes)...

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Jeu 19 Fév - 19:56

Sommet : des économistes analysent les mesures

NOUVELOBS.COM | 19.02.2009 | 11:04

Selon eux, les annonces de Nicolas Sarkozy après sa rencontre mercredi avec les syndicats, chiffrées à 2,6 milliards d'euros, sont insuffisantes.


Les économistes ne voient pas de tournant dans la politique de relance de Nicolas Sarkozy centrée sur l'investissement (Reuters)


Les mesures sociales annoncées mercredi 18 février par le gouvernement vont "dans le bon sens", mais restent insuffisantes face à l'ampleur de la crise, jugent des économistes. Ils n'y voient en tout cas pas de tournant dans sa politique de relance centrée sur l'investissement.
Le chef de l'Etat a dévoilé à l'issue d'une table-ronde avec les partenaires sociaux une série d'annonces destinées à venir en aide aux principales "victimes" de la crise, dont il a chiffré le coût à 2,6 milliards d'euros.

"Mettre dix fois plus sur la table"


Nicolas Sarkozy a notamment proposé d'augmenter à 75% du salaire brut l'indemnisation des salariés au chômage partiel, de supprimer une partie de l'impôt sur le revenu pour les ménages modestes ou d'augmenter de façon ciblée les allocations familiales.

"Venir en aide aux personnes qui risquent de tomber dans la pauvreté est très important, mais il aurait fallu mettre dix fois plus sur la table", a réagi Eric Heyer de l'Obervatoire français des conjonctures économiques (OFCE), pour qui "le compte n'y est pas".

"On cible la demande et surtout les couches qui sont susceptibles de consommer, pas d'épargner; sur le principe, c'est bien", juge de son côté Philippe Aghion, professeur à Harvard. "Reste à savoir si les montants sont suffisants, or je crains qu'ils ne le soient pas".

Une analyse partagée par Laurence Boone, chef économiste chez Barclays Capital: "On n'est pas du tout dans une stratégie de relance à l'américaine avec un choc de demande fort".

"2,6 milliards, c'est une goutte d'eau !"

Pour l'économiste, "les idées ne sont pas mauvaises, mais la consommation française représente 75% du Produit intérieur brut (PIB), soit 1.500 milliards d'euros. Donc 2,6 milliards, c'est une goutte d'eau !"

Alors que la France, déjà ciblée par une procédure pour déficits excessifs de la Commission européenne, manque de marges de manoeuvre budgétaires, certains économistes suggèrent une remise en cause du "paquet fiscal" pour dégager des fonds.

"Revenons sur le bouclier fiscal et mettons entre parenthèses l'exonération des heures supplémentaires, peu utiles en période de ralentissement économique", suggère ainsi Eric Heyer, à l'image de ce que proposait la CFDT notamment.

Les problèmes des ménages


Le Parti socialiste milite depuis des mois pour l'abrogation de ce "paquet fiscal" et critique un plan de relance de 26 milliards d'euros centré sur l'investissement, tout en proposant un "contre-plan" deux fois plus élevé avec un volet pouvoir d'achat étoffé.

Dans les annonces de mercredi, les économistes ne voient pas de changement de cap. Tout au plus "un ajustement", selon Philippe Aghion.
"Si on additionne tout, les trois quarts des mesures restent centrées sur l'investissement" et les entreprises, relève Eric Heyer.

"La ligne n'a pas changé, mais on pallie un peu plus aux problèmes des ménages", estime de son côté Laurence Boone.

"Savoir si la relance est une affaire d'offre ou de demande, de consommation ou d'investissement, n'a pas beaucoup d'intérêt", s'est d'ores et déjà défendu mercredi le chef de l'Etat.

"Il n'y a pas de retournement total, ce dont je me réjouis", souligne Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, qui s'inquiète surtout de la compétitivité française et du chômage des jeunes, mais moins de la consommation. "Grâce au reflux de l'inflation et à l'ensemble des mesures annoncées, le pouvoir d'achat des Français devrait se maintenir", avance l'économiste.

Un avis que ne partage pas Laurence Boone: "quand on voit le rythme élevé des destructions d'emplois, le revenu disponible des ménages, donc la consommation, vont forcément baisser".

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Sylvie le Jeu 19 Fév - 20:08

borbo, êtes-vous conscients que pour beaucoup de français, il n'est pas question de consommer, mais juste de manger jusqu'à la fin du mois ???
avatar
Sylvie

Messages : 340
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 57
Localisation : Strasbourg

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  ecolo1 le Ven 20 Fév - 11:28

Sylvie a écrit:borbo, êtes-vous conscients que pour beaucoup de français, il n'est pas question de consommer, mais juste de manger jusqu'à la fin du mois ???


Tu es naïve Sylvie, Borbo se fout complètement de ces gens là ! Toi tu pales des pauvres et des gens à revenus moyens (qui sont majoritaires dans le monde), lui, sa tasse de thé, ce sont les gros les puissants qui détiennent la presque totalité des richesses du monde (ou du moins de ceux qui en rêvent comme son champion). Pour lui, les richesses ne se partagent pas, elles s'aditionnent toujours dans les mêmes mains et tant pis si le monde en crève !
avatar
ecolo1

Messages : 556
Date d'inscription : 02/11/2007
Localisation : région parisienne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  mamba le Sam 21 Fév - 18:39

Laulau a écrit:
ecolo1 a écrit:Voyons Trami; tu ne veux quand même pas que l'agité du bocal fasse comme Obama ! Il nuirait à ses copains, ça ne se fait pas !

On peut toujours rêver !

En parlant de patrons, samedi y a une réplique qui m'a bien plu (pour une fois) ; Ségala disait que si on taxait les patrons, ils partiraient ailleurs et Zemmour (que je ne peux pas piffer) lui a répondu : aucun pays n'est demandeur ! J'ai trouvé ça marrant !


Segala a dit aussi que ceux qui n'ont pas de Rolex à 50 ans ont raté leur vie .......
Personnellement lorsque j'entends des trucs pareil j'ai une petite musique dans ma tête, ça fait : Ah ça ira, ça ira, ça ira ....

Desproges le disait déjà en 1982 : "Jacques Ségala est-il un con? De deux choses l'une : ou bien Jacques Ségala est un con, et ça m'étonnerait tout de même un peu, ou bien Jacques Ségala n'est pas un con, et ça m'étonnerait tout de même beaucoup..."
Continue à nous faire rêver jacquot, certains ont l'heure, les autres ont le temps.
avatar
mamba

Messages : 231
Date d'inscription : 20/02/2008
Age : 104
Localisation : Toulouse

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Biréli le Dim 22 Fév - 10:39

Pas mal cet article !

http://www.marianne2.fr/Sarkozy-recule-en-semant-des-billets_a175295.html

Sarkozy recule en semant des billets

94° semaine de Sarkofrance. La crise a provoqué une grave défaite idéologique du Président et de son programme électoral. Sarkozy navigue à vue, et surtout à l'esbrouffe, sans vraie cohérence.

La crise économique a sonné le glas du programme présidentiel. Chaque semaine, le président français est contraint au recul : des manifestations bruyantes à chacun de ses déplacements, des ministres ou secrétaires d'Etat désavoués et épuisés, une protestation qui s'étend. La machine sarkozyste s'enraye. Cette semaine encore, Nicolas Sarkozy

Deux secrétaires d'Etat ont cédé ces derniers jours. Yves Jego a dû se réfugier en France, abandonnant la négociation en Outre-Mer à deux médiateurs imposés par le Premier Ministre. Après la Guadeloupe, la Martinique, voici la Réunion et la Guyane qui se joignent au mouvement. Yves Jego a avoué se sentir inutile. Chaque jour de silence présidentiel qui passe a aggrévé la situation. Jeudi, la secrétaire d'Etat à l'Enseignement Supérieur a prévenu : Valérie Pécresse a annoncé «un nouveau texte dans les semaines qui viennent» sur le statut des enseignants-chercheurs. Même Brice Hortefeux a calmé le jeu: il a garanti au Planning Familial le maintien de ses crédits jusqu'en 2011. Nicolas Sarkozy lui a résisté jusqu'au bout. La Guadeloupe attendra. même le mort dans la nuit de mardi à mercredi n'y a rien changé. Mercredi, il ne s'exprimait que sur les protestions sociales, pour concéder un recul minimaliste : «La justice, ce doit être une priorité en ce moment».

Le président a ainsi fait semblant de conserver la main. Il a préparé son dossier, finalisé ses mesures, mis en boîte une intervention télévisée qui fut diffusée aussitôt les organisations syndicales parties de l'Elysée. On avait mal compris l'expression présidentielle du 5 février dernier: «je mets sur la table.» On croyait qu'il y aurait débat. Finalement non. Le président a certes avalé une couleuvre, il a posé un genou à terre, c'est bien suffisant. Voici donc 2,6 milliards d'euros de «relance par la consommation», cette fameuse relance, calibrée a minima, que Nicolas Sarkozy ne voulait pas actionner : suppression des deux tiers restants de l'impôt sur le revenu restant à acquitter pour 4 millions de foyers, crédit d'impôt pour 2 millions d'autres, 300 millions d'euros de bons d'achats de services à domicile pour des ménages ciblés et modestes, une prime immédiate de 500 euros pour les nouveaux chômeurs de moins de 4 mois, une augmentation ponctuelle de 150 euros de l'allocation de rentrée scolaire, etc.

Puis, jeudi, le chef de l'Etat a tenté d'effacer un mois de silence présidentiel sur les «évènements»de Guadeloupe: encore une enveloppe, 580 millions d'euros cette fois, qui masque un vrai recul: l'Etat financera bien une hausse de salaire de 200 euros environ. Sarkozy ne lâche pas le mot. Il préfère parler de «prime déchargée» de cotisations sociales» pendant 2 ans. Et il promet de venir sur place, pour inaugurer des «états généraux» de l'Outre-Mer. Mais les DOM sont comme l'environnement, ils ont moins besoin d'un Grenelle que d'actions concrètes. Jeudi encore, il lâchait une promesse de 300 millions d'euros d'aide aux agriculteurs.

In fine, le déficit budgétaire de la France devrait frôler les 90 milliards d'euros en 2009, un record historique. La Commission Européenne enclenché mercredi une procédure pour déficits excessifs contre la France, mais aussi l'Espagne, la Grèce, l'Irlande, la Lettonie et Malte. Pour un pays qui sort d'une présidence européenne comme la Sarkofrance, ça fait désordre, non ? Paris répond qu'il faut bien relancer l'économie...

Mais la justice sociale peut attendre
Au-delà de ses annonces en cascades, le chef de l'Etat n'a en fait cédé sur rien d'essentiel. Il répète à l'envie qu'il comprend les souffrances, qu'il connaît les difficultés. Mais il ne cède pas sur le fonds.

Premièrement, le monarque a prévenu : «les réformes doivent continuer», et notamment celles de l'hôpital, des lycées, des universités, de la formation professionnelle. Pas touche au bouclier fiscal, aux défiscalisations d'heures supplémentaires, aux offres raisonnables d'emploi, à la suppression progressive des pré-retraites, et aux franchises médicales.... Cette semaine, l'assemblée nationale a d'ailleurs adopté la loi «libérale» de Christine Boutin sur le logement, aussitôt dénoncée par le DAL. Médecins, enseignants, chercheurs, fonctionnaires, retraités, salariés du privé, vous pouvez maintenir votre rendez-vous social du 19 mars prochain !

Deuxièmement, les engagements de «cogestion» avec les organisations syndicales sont surtout des vœux pieux: Sarkozy demande simplement aux partenaires sociaux de mettre à l'ordre du jour de leurs discussions du second semestre la gouvernance d'entreprise, la réforme des élections prudhommales et l'égalité homme-femme. Lui qui est prêt à réformer «le système financier international» n'ose pas s'aventurer dans les coulisses des entreprises du pays...

Troisièmement, on dirait que Sarkozy fait semblant de menacer les grandes entreprises, les banques ou leurs dirigeants. A chaque excès un peu trop voyant, il pousse un cri mais s'en remet à leur bonne volonté tantôt du Medef tantôt des actionnaires. Cette fois-ci, il a «invité» les banques à faire preuve de clémence créancières contre les nouveaux chômeurs. Mais le jour même, ce funeste 18 février, deux d'entre elles annoncent des dividendes confortables pour leurs actionnaires. D'ailleurs, Sarkozy n'a rien dit des quelques 6 milliards d'euros de dividendes que l'Etat devrait toucher des entreprises publiques dont il est actionnaire ? Pareillement, il s'en remet aux partenaires sociaux pour négocier l'indemnisation à 75% du chômage partiel.

Quatrièmement, Sarkozy sape le système fiscal français : en exonérant (partiellement) d'impôt sur les revenus 4 à 6 millions de ménages modestes, il s'attaque à l'impôt le plus redistributif du pays, et évite de parler ... du bouclier fiscal ou de la TVA. Qui a noté que cette mesure coûtera 800 millions d'euros, soit exactement les estimations de remboursement d'impôts au titre du bouclier fiscal pour l'année 2008 ?

Il n'avoue pas son échec idéologique
Elu sur le fameux thème «travailler plus pour gagner plus», Nicolas Sarkozy avait déjà battu retraite il y a un an, un jour de janvier 2008 quand il avouait devant des journalistes souriants que «les caisses étaient vides». Sa loi «Tepa», son «pâté» fiscal, a cumulé toutes les aberrations et les injustices du moment : en défiscalisant les heures supplémentaires, il flingua l'intérim et aggrava la crise de l'emploi plus tôt que chez nos voisins européens. En défiscalisant les intérêts d'emprunt immobilier, il prolongea un peu plus la bulle immobilière avant son effondrement en septembre dernier. En protégeant les plus riches d'un aimable bouclier fiscal abaissé à 50% des revenus annuels, il acheva le mythe d'une révolution conservatrice équitable. Quand la crise «mondiale» frappa les esprits et les bourses, le monarque capitula. Place à la relance «par l'investissement», exit le travail et les travailleurs ! Face à la crise, Sarkozy ne voulait aider que les employeurs et le capital. A l'automne, il tentait de faire bonne figure à l'étranger. Mais la présidence européenne terminée, le roi se retrouve nu comme un vers.

Il ne tire pas les leçons de l'étranger
Il n'y a qu'à observer nos voisins occidentaux pour mesurer les limites de l'action de Nicolas Sarkozy. Primo, le chef de l'Etat a raison de rappeler que la situation française est plus enviable que celles des pays anglo-saxons. Mais il n'y est pour rien. La France conserve quelques filets sociaux que Sarkozy parvenu au pouvoir s'empressait de vouloir détruire au prétexte que «l'Etat est devenu trop lourd."» Secundo, certains de nos voisins ont montré un activisme plus fort et plus déterminé. Aux Etats Unis, Barack Obama vient d'annoncer un plan de 75 milliards d'euros pour venir en aide à 7 À 9 millions de propriétaires américains menacés de saisie de leur logement. Ramené au PIB français (un septième du PIB américain), un tel plan se chiffrerait à 8 à 10 milliards d'euros en France !! Au lieu de quoi, Nicolas Sarkozy se contente «d'inviter» les banques à modérer leurs échéances de remboursement vis-à-vis des foyers frappés de chômage partiel.... Quand on découvre que la BNP et la Société Générale verseront respectivement 900 millions et 700 millions de dividendes à leurs actionnaires contrairement aux annonces présidentielles du 18 février, on mesure mieux combien le chef de l'Etat est entendu... Autre exemple, la lutte contre les paradis fiscaux. Gordon Brown entend attaquer directement les évasions fiscales individuelles vers la Suisse. Nicolas Sarkozy n'a jamais eu cette audace. Il préfère rester flou.

La presse étrangère ne s'y trompe pas. Un éditorialiste du Temps, le quotidien suisse, raille la récente exigence protocolaire du Monarque de figurer à la droite du secrétaire général de l'OTAN en avril prochain pour le 60ème anniversaire de l'organisation atlantique. En Allemagne, Die Zeit pense que Sarkozy doit «se réinventer» dans un pays devenu « ingouvernable». Le britannique Financial Times juge que «l'UMP est hantée par les révoltes sociales de Mai 1968 et les mobilisations sociales de grande ampleur qui ont paralysé le gouvernement de centre-droit en 1995 et 2006».

Il n'a plus le sens de la mesure
Finalement, Nicolas Sarkozy semble surtout perdre le sens de la mesure. Tous les jours, une anecdote plus ou moins significative révèle que le chef de l'Etat pense à ses proches et alliés, ou à lui même, davantage qu'au pays. Pensez aux symboles de la semaine : la défense d'un ministre ancien consultant pour des dictatures africaines, une grâce pour un ancien fidèle coupable de trafic d'armes, un parachute parlementaire pour le nouveau patron de l'UMP, une augmentation salariale pour un débauché de l'ouverture ; un week-end au ski à Mégève quand la Guadeloupe brûle. Voici «le seul chemin qui vaille», «celui de l'effort, de la justice, du refus de la facilité.» Jeudi 19 février, quand Nicolas Sarkozy s'est déplacé dans un petit village de Maine-et-Loire de 1600 habitants, pour parler d'agriculture, il était accompagné de ... 700 policiers et gendarmes venant du Raid, du GIGN, de l'habituel le GSPR (Groupe de Sécurité du Président de la République), de 4 escadrons de gendarmes mobiles, et des CRS. Quel est donc l'enjeu de s'afficher ainsi sur le «terrain» ?

Cet homme-là a-t-il encore le sens de la mesure ?

Biréli

Messages : 956
Date d'inscription : 07/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

sebs de la mesure

Message  trami le Dim 22 Fév - 23:39

Je l'ai tant vu et revu ce zigomar qui promet tout et ne tien rien !
C'est simple ,quand il paraît à la TV ,je coupe le son !Il ne sait que tenter la division y compris avec de la calomnie pour de faire mousser!
Qu'il se casse !!!!!!!!!!
avatar
trami

Messages : 1014
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 86
Localisation : Lagord (17140)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Cot, cot, co dette !

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum