deux versions au choix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

deux versions au choix

Message  Turquesa le Mer 19 Mar - 16:09

Le pervers narcissique

1. Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de
l'amour, de la conscience professionnelle
2. Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des
siennes
3. Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses
sentiments et opinions
4. Il répond très souvent de façon floue
5. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les
personnes ou les situations
6. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes
7. Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne
doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et
répondre immédiatement aux demandes et questions
8. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des
autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge
9. Il fait faire ses messages par autrui
10. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner
11. Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne
12. Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper
13. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses
besoins
14. Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert
15. Il change carrément de sujet au cours d'une conversation
16. Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion
17. Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité
18. Il ment
19. Il prêche le faux pour savoir le vrai
20. Il est égocentrique
21. Il peut être jaloux
22. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences
23. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des
autres
24. Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir
autrui
25. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes
répondent au schéma opposé
27. Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux
petits soins pour vous
28. Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté
29. Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais
aux dépens d'autrui
30. Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas
fait de notre propre gré
31. Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est
pas là


Ou bien :

Nicolas Sarkozy: Un Pervers Narcissique
Les pervers narcissiques n'éprouvent aucun respect pour les autres, qu'ils considèrent comme des objets utiles à leurs besoins de pouvoir, d'autorité, ou servant leurs intérêts. Il font des promesses qu'il ne tiendront pas, sachant que les promesses n'engagent que ceux qui y croient. Pris en flagrant délit de mensonge, ils sont capables de nier avec un aplomb hors du commun...
Charité bien ordonnée commençant toujours par soi-même, ils savent parfaitement et farouchement défendre leurs intérêts dont ils ont toujours une vision très claire. Ils essaient de profiter à chaque instant de toutes les opportunités, de toutes les personnes rencontrées, et ces personnes sont systématiquement instrumentalisées pour en tirer, autant que possible, avantage pour eux. Comme pour tous les narcissiques, tout leur est dû. Ils n'admettent aucune remise en cause et aucun reproche.

Les pervers narcissiques sont incapables d'aimer les autres. Dans leur immense majorité, ils n'ont aucune «humanité», aucun sentiment humain, aucun état d'âme, aucun affect. Ils sont froids et calculateurs, totalement indifférents à la souffrance d'autrui. Mais tout en étant, le plus souvent, incapables d'avoir des sentiments humains, ils simuleront le fait d'être emplis, en apparence, de bons sentiments et d'une sincère empathie pour autrui.

Les déceptions entraînent chez eux de la colère ou du ressentiment avec un désir de revanche. Cela explique la rage destructrice qui s'empare d'eux lors des séparations. Quand un pervers perçoit une blessure narcissique (défaite, rejet), il ressent un désir illimité d'obtenir une revanche. Ce n'est pas, comme chez un individu coléreux, une réaction passagère et brouillonne, c'est une rancune inflexible, implacable à laquelle le pervers applique toutes ses forces et ses capacités de raisonnement. Et alors, il n'aura de cesse d'assouvir son dessein de vengeance. Les pervers narcissiques ont souvent besoin de haïr pour exister. La haine peut être chez eux un moteur très puissant.

Souvent, le pervers narcissique est quelqu'un qui n'a jamais été reconnu dans sa personnalité propre, qui a été victime d'investissement narcissique important de la part de ses parents et qui a été obligé de se construire un jeu de personnalités (factices), pour se donner l'illusion d'exister.

Du fait d'une histoire personnelle, où il ont été, par exemple le bras armé d'un de leurs parents, les pervers n'ont pas pu se réaliser. Ils observent alors avec envie ce que d'autres qu'eux ont pour y parvenir.
Les pervers narcissiques ne sont jamais sincères, toujours menteurs. Ils peuvent aussi bien dire la vérité que mentir avec aplomb. Le plus souvent, ils effectuent de sensibles falsifications de la vérité, qu'on ne peut pas vraiment qualifier de mensonges, et encore moins de constructions délirantes. Mélanger le mensonge, la sincérité et la franchise -ce qui est, pour l'autre, très déstabilisant- fait partie de leur jeu.

Le déni (de leurs défauts, de l'autre) leur permet de «s'aimer» (et de s'aimer toujours plus). Ils se mentent à eux-mêmes, sur leur vraie valeur, sur ce qu'ils sont réellement. A certains moments, ils finissent par croire à leur mensonge, à d'autres, ils en ont conscience. C'est toute l'ambivalence de la pathologie mythomane. Le pervers narcissique est un «comédien né». Ses mensonges à force d'entraînement sont devenus chez lui une seconde nature. Sa palette de personnalités, de personnages, d'émotions feintes est étonnante. L'éventail de son jeu d'acteur est infini, sans cesse renouvelé. Il donne le plus souvent l'image d'une personne parfaitement calme, ne s'énervant jamais. Le pervers narcissique est le plus souvent doté d'une combativité extrême et d'une capacité de rebond remarquable. Sa mégalomanie, son narcissisme, voire sa paranoïa, renforcent cette combativité. Souvent immensément orgueilleux, voire mégalomane, le pervers narcissique aime gagner, à tout prix, sans fin, et ne peut admettre, une seule fois, de perdre. Il est prêt à tout, même aux coups les plus retors, pour ne jamais perdre. Le pervers est comme un enfant gâté. S'il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin.
A la longue cette tendance, qui peut lui assurer une dynamique du succès pendant un certain temps, devient une addiction. Signe de sa mégalomanie, elle la renforce en retour, et l'amène à ne plus pouvoir tolérer la moindre frustration ou contradiction.

«Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose !» (Beaumarchais).
Le pervers narcissique a le talent de diffamer sans avoir l'air d'y toucher, prudemment, en donnant l'apparence de l'objectivité et du plus grand sérieux, comme s'il ne faisait que rapporter des paroles qui ne sont pas les siennes. Souvent il ne porte pas d'accusation claire, mais se contente d'allusions voilées, insidieuses. A la longue, il réussira à semer le doute, sans avoir jamais prononcé une phrase qui pourrait le faire tomber sous le coup d'une accusation de diffamation.

Situations cliniques :

* Le déni : «La France n'a jamais commis de génocide», en France, on a rien fait, la collaboration n'a pas existé, donc nous n'avons pas besoin de repentance (et on tue en même temps le Père en détruisant le remarquable travail de mémoire accompli par son prédécesseur).

* La diffamation sans y toucher : «ON égorge des moutons dans les baignoires », le ON anonyme du mépris et du colonialisme.

* Frapper l'autre d'inexistence pour le mépriser et le déstabiliser : je ne regarde pas mon adversaire au cours d'un débat, je dis «elle» en regardant un témoin.

* La jouissance du sous-entendu : « Je dis tout haut ce que tout le monde pense tout bas». Ce qu'on pense tout bas, ce n'est en général pas très beau, et justement, on ne le dit pas. Ou «en France, on ne peut pas dire les choses» : par exemple, les nègres nous emmerdent, foutons les dehors...

* Provoquer la sidération et l'adhésion de l'entourage en le confrontant à l'horreur absolue : par exemple parler longuement du calvaire de la mère de Sohane pour faire passer une loi sur la récidive.

* Etre mégalomane, ne pas supporter le moindre accro à sa propre image : faire virer un grand patron de presse pour avoir été montré sous les traits ridicules du cocu.

* Enfance : venger une mère abandonnée qu'on ne quitte qu'à l'âge de 28 ans.

* Amour de la traîtrise : prendre pour porte-parole celui qui a trahi et calomnié son propre camp...

Mais vous avez sûrement en tête d'autres situations...

Allez, bonne continuation.

Ah oui mais est-ce génétique monsieur Hefez ?

Bonjours à tous de retour de Madrid, ou il fait si beau...! et d'y vivre.
avatar
Turquesa

Messages : 333
Date d'inscription : 10/10/2007
Age : 59

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum